ZOO

Malpasset (causes et effets d'une catastrophe) (Mars 2014)

couverture de l'album Malpasset (causes et effets d'une catastrophe)

Éditeur : Delcourt

Scénario : CorbeyranDessin : Horne

Collection : Mirages

Genres : Documentaire BD

Public : À partir de 12 ans

Prix : 18.95€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Corbeyran raconte la rupture d'un barrage au-dessus de Fréjus qui, voilà une cinquantaine d'années, a laissé un champ de ruines et de cadavres. Corbeyran, ou plutôt une quinzaine d'habitants de ce bout de Var, font ressurgir leurs meurtrissures. Une catastrophe magistralement mise en image.

Le 2 décembre 1959 à 21 h 13 se produit la plus grosse catastrophe civile française du XXe siècle. Le barrage de Malpasset, à dix kilomètres en amont de Fréjus, lâche. Une vague de 60 mètres ravage tout sur son passage. La ville du Var est engloutie : 450 morts dont un tiers d'enfants et 7000 sinistrés.

Lors de ses vacances familiales dans le Sud, le prolifique et brillant Corbeyran prend conscience de cette catastrophe. Il rencontre une quinzaine de survivants. Autant de témoignages, bruts de décoffrage, qui tissent le canevas d'une BD remplie d'émotions, de douleurs longtemps enfouies, mais aussi d'espoir. Au fil de récits savamment cousus, le scénariste mène un travail journalistique de longue haleine.

Derrière sa précision d'orfèvre, le dessin d'Horne. Son noir et blanc, vrai parti pris, apporte une profondeur inouïe, une dimension inégalée au récit. Ce livre-témoignage taillé dans le roc supporte quelques défauts anodins, à l'image du lettrage utilisé pour décrire les bruits immondes du barrage qui craque et de l'eau qui tue. Mais la lecture se focalise sur l'essentiel : la pureté du témoignage. Car Horne travaille à l'économie, et du manque naît la richesse.

Une main qui sort de l'eau, le ventre rebondi d'une grand-mère dans sa vieille robe, un vêtement, un bloc de béton de deux cents tonnes emporté par l'eau ou des bouts de Nationale 7 encastrés dans une façade. Un beau dessin vaut parfois mieux qu'un long discours. Surtout quand il porte l'authenticité des paroles de vrais gens. À lire d'urgence. Pour apprendre, se souvenir. Et ne jamais oublier les erreurs du passé. Plus qu'une bande dessinée, un supplément d'âme.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (1)

note de la critique de diavaloo

Très bel album et très beau reportage sur la catastrophe de Malpasset. Le récit enchaine les témoignages, tous très sobres et touchants. Pas de pathos, ni de surenchère,les auteurs ont su ici laisser la place aux personnages. Le dessin en noir et blanc est parfois plus parlant que de simples mots. Un beau témoignage tout en sobriété qui ne peut qu'émouvoir.

Posté le 03/04/2014 à 09h47