ZOO

Un océan d'amour (Octobre 2014)

couverture de l'album Un océan d'amour

Éditeur : Delcourt

Scénario : Wilfrid LupanoDessin : Gregory Panaccione

Collection : Mirages

Genres : Aventure

Public : Tout public

Prix : 24.95€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Lorsqu'un vieux marin se perd en mer loin de sa Bretagne, sa bigouden de femme part à sa recherche, traversant les océans armée de sa poêle à crêpes. Un voyage extraordinaire pour tous les deux, aux limites de l'absurde, raconté avec humour et sans un mot par deux auteurs au talent confirmé.

Un jour comme les autres, notre pêcheur part en mer voir s'il y reste quelque poisson. Le soir venu, sa femme attend, attend, mais ne voit rien venir. Ni sardine ni mari. Tel l'arroseur arrosé, celui-ci s'est fait pêcher par un immense bateau et entraîner au large. Décidée à retrouver son homme, madame quitte pour la première fois son petit village. Elle ira jusqu'au bout du monde, Cuba en l'occurrence, s'il le faut. Un périple incroyable commence pour les deux amoureux.

Un Océan d'amour est la rencontre attendue de deux auteurs largement reconnus dans leurs domaines respectifs. En quelques albums, Lupano a prouvé ses talents de scénariste dans des genres très différents. Il s'essaie ici au conte contemporain, mêlant aventures rocambolesques, humour subtil et romantisme tendre, le tout traversé d'une conscience écologique en filigrane. Pétrolier, pirates, continent de déchets, mouettes en détresse... l'océan est loin d'être tranquille.

Panaccione est quant à lui spécialisé dans la BD sans paroles, avec un certain penchant pour la dérision et l'absurde. Venant de l'animation, il y a visiblement développé une rapidité de travail impressionnante, l'auteur enchaînant les œuvres conséquentes en peu de temps. Sur deux cents pages, il prend ainsi le temps de développer les péripéties, alternant pleines pages et enchaînements de cases aux allures de comic strips. Habitué des histoires muettes, il a l'art de faire passer les sentiments en quelques traits et de faire comprendre l'action de façon très naturelle.

L'alchimie évidente de ce binôme est un vrai régal pour le lecteur.

Pour aller plus loin

Les histoires d’amour finissent mal (en général)
Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (1)

note de la critique de L'historien

Un album intégralement muet, prouesse scénaristique et graphique, qui conte l'amour avec humour.

Posté le 07/10/2015 à 23h13