ZOO

Tout est possible mais rien n'est sûr (Février 2015)

couverture de l'album Tout est possible mais rien n'est sûr

Éditeur : Delcourt

Scénario : Lucile GomezDessin : Lucile Gomez

Collection : Mirages

Genres : Récit de vie

Public : À partir de 12 ans

Prix : 22.95€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 2.5

Scénario

2.5

Dessin

3.5

Tout est possible mais rien n’est sûr propose un certain regard sur l’entrée dans la vie active d’une jeune diplômée. L’auteur du blog éponyme, Lucile Gomez, y parle du milieu du graphisme et de son insertion pour un débutant. Un album sociétal au trait élégant mais un peu creux.

Vétille doit faire son book et trouver un premier emploi. La jeune fille déambule entre pression et lassitude. Pressions et angoisses liées à son avenir, la peur de montrer son art et de se faire juger, les premières négociations et le réalisme que cela demande de démarcher. Désillusion et lassitudes liées aux petits boulots nécessaires pour assurer courageusement un quotidien alourdi par un amoureux aux idées aussi grandes que son poil dans la main.

Les intentions de cet album sont ambitieuses et intéressantes. Le monde des premiers emplois est montré avec réalisme et une certaine poésie. Cependant, si Vétille se cherche et tourne en rond, le récit lui-même semble englué et répétitif par moment. Les personnages agacent par manque de dynamisme. Les portraits ressemblent à des caricatures. Non pas qu’ils sonnent faux mais par manque de finesse et de maturité de l’écriture. Ainsi, l’amoureux présenté comme ayant le monopole de la conscience sociale, apparaît simplement comme un parasite sans qu’aucun humour ne le rende sympathique.

Toutefois, la légèreté du trait et les ambiances colorées poétiques séduisent beaucoup et rattrapent en grande partie des idées trop peu exploitées. Par exemple, la façon dont est représenté Mathieu, entre transparence et volutes, ajoute de la personnalité à un personnage pas forcément original dans l’écriture mais qui intrigue et invite à la rêverie une fois dessiné.

Le graphisme de cet album est beau et permet à lui-seul de s’y intéresser. Pourtant, la narration déçoit. Si les propos sont louables et si Mephistofélix, le chat-conscience, offre heureusement un regard plus pragmatique, l’écriture manque de profondeur.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (1)

note de la critique de chaterton

Comment se sentir frémissant de vie, d'amour pour la planète et du désir d'agir et être confiné dans des emplois précaires ? toute une génération a l'impression de prendre racine,d'attendre une coup de téléphone improbable ou de se dissoudre dans la fumée . Vétille résiste grâce à l'humour et au rêve . Un dur apprentissage qui pourtant enchante par les balades urbaines au fil des saisons et les dérives colorées . Un livre qui manifeste un regard enchanté .

Posté le 02/03/2015 à 12h19