ZOO

Au coin d'une ride

couverture de l'album Au coin d'une ride

Éditeur : Des ronds dans l'O

Scénario : Thibaut LambertDessin : Thibaut Lambert

Collection : BD

Genres : Récit de vie

Public : À partir de 12 ans

Prix : 13.00€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

4.0

Dessin

3.0

Au coin d’une ride, c’est avant tout une histoire d’amour. L’histoire de Georges et Eric est belle et bien écrite. Malheureusement, le dessin pêche un peu. Mais il n’empêche pas d’apprécier un récit bien mené, qui aborde sans détour l’homosexualité, la vieillesse, la maladie d’Alzheimer et la séparation.

Georges souffre de la maladie d’Alzheimer. Son compagnon Eric, plus jeune que lui, n’a pas d’autre choix que de le placer en maison de retraite. S’ils assument leur homosexualité, ce n’est pas le cas de tous les résidents, que le directeur de l’établissement préfère préserver. Eric joue le jeu, mais très vite, Georges doute de son amour.

Voilà une histoire d’une grande humanité. Et d’universalité. Car elle touche tous ceux qui vivent à deux, s’aiment et que la maladie sépare injustement. L’auteur aborde aussi la thématique de l’homosexualité qui ne va malheureusement toujours pas de soi, on l’a encore vu récemment avec la Manif pour tous… Il y a du boulot pour faire changer les mentalités et cette belle BD y contribue. Le sujet est traité sans détour mais avec délicatesse.

Le trait de Thibault Lambert n’est pas toujours extraordinaire de finesse. Mais on sent un gros travail pour tenter de coller au maximum à un texte réussi. Une mise en couleur directe aurait permis à l’album de gagner en authenticité. La froideur des couleurs fait au contraire perdre un peu d’humanité à cette BD qui en possède de toute façon beaucoup.

Une très belle histoire, courte, efficace et touchante de simplicité et de sincérité mais qu’un dessin un peu faible peine parfois à porter. Au final, on retient Au coin d’une ride pour l’intérêt du thème abordé, la maladie d’Alzheimer sur fond d’homosexualité et de vieillesse, pas pour le dessin. Mais l’histoire suffit à convaincre de prendre un moment pour ouvrir ce livre.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants