ZOO

La cavale du Dr Destouches

couverture de l'album La cavale du Dr Destouches

Éditeur : Futuropolis

Scénario : Christophe MalavoyDessin : Paul Brizzi, Gaëtan Brizzi

Genres : Documentaire BD

Public : À partir de 12 ans

Prix : 17.00€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

S’inspirant des trois derniers romans de Céline qui retracent son départ précipité de Paris en juin 1944 pour Sigmaringen, puis le Danemark, Christophe Malavoy nous raconte son exil au milieu d’une galerie de personnages hallucinants. Le trait caricatural des frères Brizzi se conjugue idéalement avec le ton de ce récit, nous convoquant à un véritable festin graphique pour les yeux.

Loué selon les uns ou conspué selon les autres, la personnalité, l’œuvre et le parcours de Louis-Ferdinand Céline n’ont jamais cessé d’opposer ses admirateurs et ses détracteurs. L’acteur-écrivain Christophe Malavoy nous le dépeint ici dans ses jours sombres, en marge de son génie littéraire et de ses pamphlets antisémites, comme un personnage acariâtre, atrabilaire, qui ne suscite pas forcément l’empathie du lecteur. Avec son épouse, Lucette, Bébert son chat et l’acteur collabo Robert Le Vigan, cette fuite, au fil des péripéties et des rencontres, prend un tour vraiment pitoyable pour l’auteur du Voyage au bout de la nuit.

Issus du cinéma d’animation, les frères Brizzi font leur première intrusion dans le domaine de la bande dessinée avec cet album. Au vu de leur somptueux travail, on ne peut que se demander pourquoi ils n’ont investi le domaine de la bande dessinée plus tôt, tant il est évident que leur travail (à quatre mains !) justifie pleinement le terme « 9ème Art ».

Leurs planches aux crayonnés très poussés n’hésitent pas à citer au détour d’une image quelques grandes figures de la peinture tels Goya, Félicien Rops ou Caspar David Friedrich. Décors fouillés, parfois quasi photographiques, un découpage dynamique et surtout une constance dans le rendu des expressions de Céline, plus vrai que nature, tout cela ne peut que forcer l’admiration.

Dès lors, nous ne pouvons qu’espérer que Paul et Gaëtan Brizzi récidiveront bientôt avec une nouvelle création qui fera, n’en doutons pas, honneur au médium.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants