ZOO

En compagnie des gendarmes (Octobre 2016)

couverture de l'album En compagnie des gendarmes

Éditeur : Glénat BD

Scénario : Philippe ChanoinatDessin : Charles Da Costa

Collection : Hors Collection

Genres : Documentaire BD, Humour

Public : À partir de 16 ans

Prix : 15.00€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 2.5

Scénario

1.0

Dessin

4.0

Le duo Chanoinat-Da Costa continue de surfer sur la vague du cinéma français d’antan. Après Fantômas, les Tontons Flingueurs et autres Barbouzes, les deux auteurs s’attaquent cette fois à la série culte des Gendarmes. En compagnie des gendarmes manque cruellement de relief et d’originalité.

Comme à l’accoutumée, cet album documentaire est construit sous forme d’une fiche technique sur la page de droite, accompagnée d’une caricature au fusain sur la page de gauche. La fiche technique distille les synopsis des différents films (Le gendarme de Saint-Tropez, Le gendarme à New York) ainsi que des biographies et filmographies des acteurs.


L’ouvrage est didactique, très informationnel. Trop. Contrairement à l’ouvrage consacré aux Tontons Flingueurs, où la trame textuelle s’attachait à mettre en valeur le style d’Audiard, En compagnie des gendarmes n’apporte aucune valeur ajoutée, si ce n’est les caricatures. Rien qu’on ne pourrait trouver dans n’importe quelle émission télévisée dédiée à De Funès ou en cherchant la fiche technique des films. C’est du déjà vu, du déjà lu. Décevant.

Seules les caricatures viennent apporter du volume à l’ouvrage, étant toujours aussi réussies, soignées, proches du style photographique. Les traits et les expressions des personnages sont tout simplement impeccables, pour un rendu d’un réalisme troublant, saupoudré d’un indéniable effet comique.

Avec cet énième recueil dédié au cinéma français d’époque, aux bons vieux films en noir et blanc, la griffe de Chanoinat et Da Costa commence à s’essouffler. Un ouvrage-hommage qui aurait mérité un peu plus de non-conformisme, de fantaisie, pour réellement séduire.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants