ZOO

Tu sais ce qu'on raconte... (Janvier 2017)

couverture de l'album Tu sais ce qu'on raconte...

Éditeur : Warum

Scénario : Gilles RochierDessin : Daniel Casanave

Genres : Récit de vie

Public : À partir de 12 ans

Prix : 15.00€

ma collection
mes souhaits
mes lectures

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Un jeune homme est revenu dans sa ville natale après l’avoir quitté dans des circonstances peu reluisantes. La nouvelle se répand comme une traînée de poudre et chacun y va de son commentaire. La rumeur, les interprétations vont bon train et les esprits s’échauffent. Un conte acide et génial sur le bruit qui court, arme massive de la bêtise humaine.

Deux employés municipaux affectés à la propreté parlent de la nouvelle du jour. Le fils Gabory est de retour en ville. Dans le bus, les cafés, les commerces, les maisons, tout le monde ne parle que de ça et chacun y va de son analyse...

La rumeur, la façon dont elle serpente et s’insinue partout, sert souvent les récits qu’ils soient entièrement centrés sur ce thème ou que le on-dit apparaisse en pointillé dans les histoires. La nouveauté repose ici sur la forme. Le lecteur découvre le sujet de ce bruit qui court à travers un personnage différent à chaque case.

Chacun dit une ou deux phrases et, petit à petit, on cerne la raison du malaise, le poids des secrets et des mensonges des uns et des autres. Doucement, le ton et les attitudes évoluent car les esprits se crispent enflammant la peur de chacun... Bien entendu, tout cela va avoir des conséquences, finement pensées dans cet album, et qui, on s’en doute, vont alimenter une autre rumeur...

Le dessin de Daniel Casanave fait merveille dans cet album au scénario de Gilles Rochier. Il épouse totalement le sujet pour prendre le lecteur dans les filets de son trait jeté. Tel un reportage en temps réel, ses cases dressent l’essentiel en caractérisant chaque situation sans s’appesantir avec des détails.

Ce récit complet n’a pas absolument pas besoin de fausse rumeur pour dire qu’il faut absolument le lire.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants