ZOO

Sous les pavés (Avril 2018)

couverture de l'album Sous les pavés

Éditeur : Le Lombard

Scénario : Raives, Éric WarnautsDessin : Raives, Éric WarnautsColoriste : Raives

Public : À partir de 12 ans

Prix : 16.45€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Jay, un jeune photographe américain venu à Paris pour suivre la jeunesse française, est arrêté par les autorités un soir de vive manifestation au quartier latin. Interrogé, il livre aux forces de l'ordre un récit captivant sur ses amis, représentatifs d'une jeunesse française en plein doute, luttant pour son avenir. Un récit enivrant et exaltant !

Mai 68. La jeunesse est emportée par un mouvement de révolte et d'émancipation. Les motivations sont diverses : le capitalisme, l'autorité politique, la société de consommation... Jay est interrogé par les forces de l'ordre qui tentent de reprendre la main. Les rues parisiennes, authentiques théâtres d'émeutes, connaissent autant d'acteurs que de témoins passivement impliqués dans les revendications. Parmi ces derniers, Sarah, une bourgeoise parisienne assoiffée de liberté et son amie Françoise, plus modeste, qui semble réservée quant aux conflits animant les rues. Elles font partie d'une bande d’amis. Une jeunesse frappée d'émotion qui vit simultanément et intensément quelques problématiques liées à leur condition de jeunes adultes : amours, drogues, sexualité...

Un beau récit pour l'anniversaire des 50 ans de cette révolution sociale. La BD ne s'attache pas directement à restituer une histoire officielle mais plutôt, plus concrètement, quelques histoires individuelles de fiction touchées par les événements. Bouleversant, le récit livre une image du quotidien sous tension d'étudiants attachants, dont les réactions et décisions apparaissent légitimes et crédibles dans le tumulte de ces années troubles.

Le dessin à quatre mains de Warnauts et Raives, très réaliste, illustre Paris et ses quartiers avec un respect profond de la réalité. Ce travail documenté restitue l'ambiance électrique de l'époque : les tags, les pancartes, les affiches et surtout une foule chargée de revendications en toile de fond. Les nuances chromatiques à l'aquarelle instaurent une atmosphère cinématographique saisissante.

Une belle approche personnifiée de mai 68, agrémentée d'un tableau touchant de réalisme des Trente Glorieuses. En somme, un témoignage bouleversant d'une époque électrique.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants