ZOO

Milady ou Le mystère des Mousquetaires

couverture de l'album Milady ou Le mystère des Mousquetaires

Éditeur : Futuropolis

Scénario : Sylvain VenayreDessin : Frédéric Bihel

Genres : Aventure

Public : À partir de 16 ans

Prix : 20.00€

Voir la bande-annonce
ma collection
ma wishlist

La critique ZOO Le Mag

Note ZOO Le Mag 5.0

Scénario

0.0

Dessin

0.0

Qui ne connait Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas ? L’historien Sylvain Venayre en a extrait, pour cette adaptation, son personnage le plus vénéneux, la terrible Milady. L’amour, elle le hait la diablesse. Agent triple 0 de Richelieu, la belle à l’épaule flétrie doit à Venayre de surgir, diabolique, des mémoires du comte de la Fère, dont Dumas a toujours dit s’être inspiré. Et qui est La Fère ? Athos, mari de l’espionne. Dans Milady ou le mystère des mousquetaires, Sylvain Venayre et Frédéric Bihel au dessin la remettent en selle. « Elle est le personnage le plus intéressant du roman. C’est la femme fatale, la grande ennemie de D’Artagnan qu’elle fascine. J’ai pris au sérieux qu’Athos raconte l’histoire dans ses Mémoires. »

Venayre a appliqué le principe « de la critique policière inspirée par Pierre Bayard, auteur de Comment parler d’un livre qu’on n’a pas lu. Si on passe un roman au crible, on peut y trouver des intentions cachées. » Mais lesquelles ? Milady vivra en Angleterre, agent dormant du Cardinal, épousera Lord de Winter, sera veuve, spoliée, volera bien sûr les ferrets de la reine. Elle aura un fils, se fera violer par Buckingham... et sauvera sa peau alors que Dumas la décapite.

Milady plus forte que D’Artagnan

De fait, le mystère des Trois Mousquetaires, ce sont aussi les derniers chapitres, co-écrits par Maquet, « complètement invraisemblables » pour Venayre. « En décrochant des faits historiques, Dumas veut faire comprendre à ses lecteurs que Milady est le héros du récit, pas D’Artagnan. Dumas aborde ainsi la place des femmes dans la société de l’époque. » Tout est dit.

Extrait de Milady ou le mystère des mousquetaires

Extrait de Milady ou le mystère des mousquetaires

Avec son scénario, Venayre signe une thèse appuyée par une préface et une postface brillantes, argumentées. Bihel trace le portrait d’une Milady au regard parfois halluciné, effrayante, prête à tout, victime et bourreau mais femme d’abord. D’Artagnan est grotesque, « une lame vivante » dixit Dumas. Parée d’un trait en noir et blanc soyeux, dans le style des gravures du XVIIIe, cette adaptation étonnante pourrait avoir une suite sur un scénario, cette fois, original.

Article publié dans le magazine Zoo n°70 Mars - Avril 2019

Pour aller plus loin

Jeu-concours Milady ou Le mystère des Mousquetaires
Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants