ZOO

Le Patient

couverture de l'album Le Patient

Éditeur : Glénat BD

Scénario : Timothé Le BoucherDessin : Timothé Le Boucher

Collection : 1000 Feuilles

Genres : Polar / Thriller

Public : À partir de 12 ans

Prix : 25.00€

Voir la bande-annonce
ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

3.5

Dessin

4.5

Pierre Grimaud, un jeune homme de vingt-et-un ans, sort d'un coma de plusieurs années après le massacre qui a coûté la vie à sa famille et dont il est le seul survivant. Anna Kieffer, une psychologue spécialisée en victimologie se charge de son cas et tente, au fil des séances, de ranimer les souvenirs de cette nuit meurtrière pour démêler l'affaire. Timothé Le Boucher signe un thriller psychologique fascinant.

La police retrouve une jeune fille ensanglantée, errant dans les rues, un couteau à la main. À son domicile, c'est le massacre : toute la famille Grimaud a été assassinée, en dehors du fils aîné, Pierre. Quelques années plus tard, celui-ci sort du coma. Une psychologue, Anna, qui a suivi sa sœur Laura, accusée des meurtres, prend son cas en charge, fascinée par l'affaire.

Après l'excellent Ces jours qui disparaissent dans lequel il revisitait la figure du double maléfique, Timothé Le Boucher propose une nouvelle exploration de la nature humaine à travers la reconstitution d’un mystère criminel lors d'une thérapie. L'intrigue d'une grande finesse psychologique offre des personnages très bien campés et des situations complexes traitées habilement. Les dialogues fascinent, la parole et les échanges étant au cœur de l'intrigue. Néanmoins, malgré ces qualités, le retournement de situation principal arrive de façon trop abrupte, tranchant avec la finesse d'exécution du reste de l'intrigue.

Le dessin aux traits ronds et aux aplats de couleur peut paraître simple mais se fait vecteur de beaucoup d'émotions, notamment durant les dialogues, mais aussi pendant les silences, très travaillés. Les couleurs sobres, entre le sombre et le pastel, évoquent le trouble, l'ambiguïté, le secret, tandis que les planches s'attardent sur les couloirs anxiogènes de l'hôpital, dans une inspiration du cinéma d'horreur, pour une ambiance glaçante réussie.

Le Patient est moins percutant que Ces jours qui disparaissent mais donne envie de relire sitôt fermé pour revoir les planches à l'aune de ce que la fin nous a révélé : la marque d'un thriller psychologique de qualité.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (1)

note de la critique de nicholas

Dernier album de Timothé le boucher. Une bel exercice de narration autour d'un thriller / enquête psychologique... Ce one-shot n'est pas sans rappelé la très bonne série manga Monster de Naoki Urasawa

Posté le 12/08/2019 à 10h38