ZOO

Les Indes Fourbes (Août 2019)

couverture de l'album Les Indes Fourbes

Éditeur : Delcourt

Scénario : Alain AyrolesDessin : Juanjo Guarnido

Collection : Hors collection

Genres : Aventure, Historique

Public : À partir de 16 ans

Prix : 34.90€

Voir la bande-annonce
ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Le jeune Pablos de Ségovie a très vite adopté le précepte que son père lui a inculqué : « tu ne travailleras pas ». Mais il faut bien vivre et, tant qu’à faire, autant vivre dans l’aisance. De filouteries en rapines diverses, Pablos a été à la bonne école dans le giron familial. Un jour il décide d’aller chercher fortune aux Indes en embarquant à bord d’un grand voilier. Ainsi démarre la grande aventure picaresque menée de manière étincelante par Alain Ayroles et Juanjo Guarnido.

Ce personnage de la littérature espagnole, né de la plume de Francisco de Quevedo, n’a pas la même notoriété chez nous que le Don Quichotte de Cervantès mais jouit d’une belle reconnaissance outre Pyrénées. Son créateur avait annoncé une suite à son roman qui n’a jamais vu le jour. L’occasion propice pour Alain Ayroles d’imaginer de nouvelles péripéties pour ce fantasque personnage.

Hors de question ici de spoiler un scénario si habilement construit, avec des enchaînements et des rebondissements qui ne laissent aucun répit au lecteur tout au long de ces 145 planches. En trois chapitres encadrés par un épilogue qui répond brillamment aux interrogations suscitées par le prologue, Ayroles nous fait revivre ce XVIe siècle avec un récit dont l’architecture relève d’un véritable travail d’orfèvre. Dialogues finement ciselés, époque et ambiances restituées de manière plus que crédible, voilà un album qui a tout pour intéresser le cinéma. On peut imaginer ce qu’un Sergio Leone aurait pu tirer d’un tel récit.

Fort heureusement Juanjo sera l’équivalent en BD du Sergio cinéma : le partenaire idéal et inspiré pour mettre en images ce fabuleux scénario. Dans un style semi-réaliste des plus expressifs, il agit en parfait metteur en scène dans ce marathon graphique sans jamais faillir à la moindre case. Du grand art assurément ! S’il est un album à ne pas manquer sous aucun prétexte, c’est bien celui-ci !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants