ZOO

Pas de pitié pour les indiens (Janvier 2020)

couverture de l'album Pas de pitié pour les indiens

Éditeur : Futuropolis

Scénario : Nicolas DumontheuilDessin : Nicolas Dumontheuil

Genres : Récit de vie

Public : À partir de 16 ans

Prix : 19.00€

Voir la bande-annonce
ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

3.5

Dessin

3.5

Beaumont du Quercy, petite bourgade de 400 habitants en 1976. Soixante-huitards, les parents de Jean s’y sont installés en 1965 et son père est l’instituteur du village. Jean partage ses jeux avec ses deux amis les plus proches, Jules et Thierry, dit Titi. Nicolas Dumontheuil se penche sur son enfance et nous fait revivre le charme de toute une époque avec beaucoup de chaleur et d’humanisme.

Tout commence par une grosse bêtise de Jules : il ouvre la clôture qui libère le troupeau de vaches des frères Ardaillou. À leur décharge, les trois enfants avaient été initiés à l’alcool de prune par les deux frangins fortement imbibés et accessoirement bouilleurs de crus. L’un des frères meurt au volant de sa voiture après avoir percuté une de ses bêtes. Les trois gamins culpabilisent à mort...


Mais la vie finit par reprendre le dessus et Dumontheuil observe les rapports de toute une panoplie de personnages, tant au niveau des enfants que des adultes, en leur donnant au fil des « petits événements quotidiens » du village, une véritable personnalité. Outre les parents de Jean, le curé du village qui vit avec sa sœur (la mère de Jules) un peu « dérangée », Mme Gretzel la voisine communiste, la famille algérienne Belhmedi ou encore M. Gobert, dont le racisme exacerbé va finir par se dissoudre petit à petit. Il y aussi la petite Corinne, l’amoureuse de Jean et Djémila dont Jules est tout aussi amoureux. Il est aussi question de manifestation anti-nucléaire, de soirée « ciné-club » avec une projection du film Avoir vingt ans dans les Aurès qui tourne presque à la rixe.

Le style semi-réaliste auquel Dumontheuil s’est attaché depuis ses débuts ne lésine pas sur les détails pour rendre plus vrais le cadre et l’époque. Son récit est empreint d’une tendresse peut-être un peu excessive mais par les temps actuels, cela ne peut pas faire de mal.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants