ZOO

Silent Dragon (Novembre 2019)

couverture de l'album Silent Dragon

Éditeur : Glénat Comics

Scénario : Andy DiggleDessin : Leinil Francis YuColoriste : Dave Stewart

Genres : Science-Fiction

Public : À partir de 16 ans

Prix : 18.50€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

3.5

Dessin

3.0

En 2063, la mégapole de Tokyo est aux mains d’une dictature militaire et des yakuzas. La première possède le pouvoir officiel et les deuxièmes tiennent les quartiers grâce aux trafics. La guerre de pouvoir ne peut plus être évitée plus longtemps... Renjiro, conseiller du clan yakuza des dragons noirs va, malgré lui, être propulsé au centre de cet affrontement épique.

Renjiro, s’entraîne à manier le sabre dans le domaine des dragons noirs quand un esprit vient lui parler. Ce dernier lui demande d’aider l’armée à combattre Hideaki, chef des dragons noirs, pour sauver la sécurité du Japon. Renjiro, fidèle à ces convictions, refuse l’offre car il préfère la mort dans l’honneur que la vie dans la trahison. Voilà qui tombe bien car la mort ne va pas tarder à frapper...

Assez classique dans sa trame, le récit conjugue amour, vengeance et pouvoir, à grand renfort de héros solitaire, de clans et de politique. La forme de Silent Dragon, elle, offre un soupçon d’originalité avec son savant mélange de tradition, de technologie et de super-héros. Les yakuzas incarnent la tradition japonaise jusque dans l’apparence vintage de leurs robots ou dans leurs bras bioniques tatoués. Face à eux, le pouvoir militaire représente tout ce que peut offrir la modernité. La dualité du Japon se retrouve à tous les niveaux de ce récit rythmé et haletant couronné par une fin d’anthologie. Ce curieux mélange fonctionne notamment grâce aux protagonistes particulièrement crédibles qui donnent une saveur nouvelle à ce récit classique.

Ultra-dynamique, le dessin ne se pose pas un instant, l’œil court de case en case, emporté. Le découpage extrêmement varié envoie du lourd à chaque instant : le lecteur se retrouve cerné par l’intrigue dont la fureur lui éclate en plein visage. Si quelques doubles-pages peuvent perdre, l’ensemble emporte.

Silent Dragon crache le feu d’un classique particulièrement moderne.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants