ZOO

La fuite du cerveau (Septembre 2020)

couverture de l'album La fuite du cerveau

Éditeur : Dargaud

Scénario : Pierre-Henry GomontDessin : Pierre-Henry Gomont

Prix : 25.00€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

4.0

Dessin

3.0

Contrairement à ses dernières volontés, Albert Einstein ne voulait pas léguer son corps à la science, il a néanmoins été décidé de prélever son cerveau afin de l’étudier. Thomas Stolz se charge de récupérer l’organe dans un bocal qui va susciter bien des convoitises. C’est sur ce postulat, pour le moins insolite et pourtant authentique, que Pierre-Henry Gomont bâtit un récit totalement déjanté, une folle cavale où le fantôme du professeur Albert, le crâne décalotté, accompagne Stolz à travers les USA.

La neurologue Marianne Ruby, amie et amante de Stolz, complète le trio sans cesse harcelé qui, par le FBI, qui espère que ce cerveau va livrer les secrets des recherches en cours du professeur, qui, plus tard, par une meute de journalistes à l’affût d’un scoop, une fois que l’affaire aura été ébruitée.

Bien sûr, Gomont a pris quelques libertés avec la réalité des faits en introduisant quelques éléments fictionnels sortis tout droit de son imagination où l’humour affleure constamment au fil des péripéties flirtant parfois avec le côté sordide de l’entreprise. Il réussit même à rendre attachant le personnage de Stolz, notamment dans ses liens avec Albert qu’il finit par considérer comme un parent. Au détour il illustre parfaitement bien l’ambiance parano de l’époque alors que le pays était en pleine guerre froide.

Son dessin, inventif, expressif, dynamique, est à l’aune de sa narration selon le rythme du récit, n’hésitant pas à s’accorder quelques pauses lui permettant de mettre en valeur tel ou tel paysage. Il use aussi de nombreuses métaphores imagées, tel le cerveau d’Albert sous les traits d’un cheval sauvage. Ce marathon de près de 200 pages aurait peut-être gagné à être un peu plus ramassé, parfois un peu trop bavard alors que le dessin se suffit à lui-même. En tout cas, nul ne pourra contester son originalité.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants