ZOO

La baie de l'Aquicorne (Novembre 2020)

couverture de l'album La baie de l'Aquicorne

Éditeur : Bliss

Scénario : Katie O'NeillDessin : Katie O'Neill

Genres : Fantastique, Science-Fiction

Public : De 3 à 15 ans

Prix : 15.00€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

0.0

Dessin

0.0

Après Le cercle du Dragon Thé et Princesse Princesse, Bliss Editions revient en cette fin novembre avec un nouveau titre de l’autrice Katie O’Neill, La baie de l’Aquicorne. Une très jolie BD jeunesse sensibilisant à l’importance des coraux dans l’écosystème marin.

La jeune Lana et son père rejoignent sa tante Mae sur la côte après une tempête qui a ravagé le village où la petite fille a grandi. Tandis qu’elle aide à nettoyer le rivage, elle découvre une étrange créature. Une sorte d’hippocampe portant une corne sur son front. Une créature dont le destin pourrait bien être lié au sort du village et au déchaînement de tempêtes qu’il subit.


Ecologie et féminisme

Katie O’Neill ne dévie pas de sa ligne artistique. Elle propose des œuvres engagées à la jeunesse, porteuses de valeurs fortes. La baie de l’Aquicorne ne fait donc pas exception.

Son premier sujet, c’est évidemment l’écologie, la préservation des fonds marins. Tout l’album est un appel à ce que l’humain se remette à gérer les océans avec plus de mesures. La symbolique est simple mais efficace. Nous sommes dépendants des océans pour notre climat. Plus nous le ravageons, plus nous empirons nos conditions de vie.

Lana se rend compte à quel point l’océan et la présence rassurante de sa tante lui ont manqué

Lana se rend compte à quel point l’océan et la présence rassurante de sa tante lui ont manqué

Si Lana est l’héroïne, sa tante Mae est elle le personnage principal. Femme forte et indépendante, elle croit bien faire mais reste prise dans les travers de notre société consumériste. Son évolution sera centrale dans le récit. Elle permet aussi à l’autrice de parler avec discrétion et simplicité d’homosexualité. Elle n’en fait pas un sujet, mais on ne peut donc qu’en parler. Présenter une telle relation comme « normale » est excellent pour imprégner les jeunes de tolérance.


Ne vous laissez pas piéger par la naïveté

Le dessin de Katie O’Neill est volontairement naïf et acidulé. Pourtant, c’est une autrice qui livre à chaque fois une œuvre profonde à même de faire évoluer les mentalités des enfants à travers la planète entière sur les sujets les plus importants du moment.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants