ZOO

Bobby Fischer - L'ascension et la chute d'un génie des échecs (Septembre 2021)

couverture de l'album Bobby Fischer  - L'ascension et la chute d'un génie des échecs

Éditeur : Les Arènes

Scénario : Julian Voloj, Willian Wagner

Collection : Les Arènes BD

Genres : Roman Graphique

Prix : 22.00€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

2.5

Dessin

3.0

Lorsque Joan Fisher décide d’acheter un jeu d'échecs pour distraire son petit frère, elle est loin de s’imaginer le destin qui attend ce dernier. Robert Fisher – Bobby pour les intimes – fait la découverte d’un jeu qui va façonner sa vie en un mythe américain. Mais derrière un génie se cache toujours un homme.

Pour ceux qui ne le savent pas, Bobby Fisher fut le premier Américain à remporter le titre de champion du monde d’échecs. En s’attaquant à la biographie d’une telle figure, Wagner Willian et Julian Voloj dressent le portrait d’une personnalité ayant marqué la Guerre Froide à sa façon.

Et l’histoire de Bobby Fisher commence très simplement : dans un modeste foyer de Brooklyn, avec une mère et une sœur comme seule famille. C’est à l’âge de six ans qu’il découvre les échecs. Commence alors une véritable passion pour ce jeu qui lui permet d’intégrer les clubs d'échecs les plus prestigieux. A 14 ans, Bobby devient le plus jeune champion d’échecs des États-Unis. De victoires en victoires et avec quelques ingrédients de politique extérieure, il commence alors à se frotter aux plus grands joueurs soviétiques de la discipline. Sa réputation grimpe jusqu’à sa rencontre avec Boris Spassky en Islande, le champion du monde en titre : nous sommes alors en 1972 et les soviétiques règnent en maître sur cette discipline depuis plusieurs décennies.


Voloj joue avec les couleurs et les cases pour imiter le damier d’un échiquier.

Voloj joue avec les couleurs et les cases pour imiter le damier d’un échiquier.
© Les Arènes, éditions 2021


Dans cet album, Wagner Willian ne réinvente pas la roue en termes de biopic. Cela commence et termine comme toute « success story » à l’américaine : d’une ascension s’atteint l’apogée avant la chute. On reprochera à l’album un survol assez paresseux du jeu des échecs qui a pourtant tout pour fasciner. On se contente de suivre Bobby Fisher d’année en année sans trop s’attarder sur le jeu en question. Par exemple, pourquoi ne pas s’être intéressé aux détails de certaines parties ? Expliquer ce qui faisait les forces et faiblesses de Boby Fisher et certains de ses rivaux comme Donald Byrne (premier grand champion américain qu’affronte Fisher) et Boris Spassky aurait rendu un bien meilleur hommage à cette discipline.

Heureusement pour la BD que la personnalité de Bobby Fisher fut acariâtre, arrogante et chaotique : cela ne pouvait qu’enrichir le récit d’une ambivalence bienvenue… et c’est tant mieux.

Le dessin est à l’image du récit : très sobre. Du noir et blanc simple, efficace, mais sans fulgurance. Parfois Voloj s’autorise quelques fantasmagories avec des pièces d’échiquier qui prennent vie dans le quotidien du personnage ou alors joue avec les couleurs et les cases pour imiter le damier d’un échiquier.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (1)

note de la critique de nicholas

Ce roman graphique retrace la destinée chaotique de Bobby Fischer, génie, sacré Roi des échecs avant d'en devenir Fou.

Si cet album a le mérite de nous faire (re)découvrir ce joueur d'exception... la narration est trop linéaire, descriptive... assez fade au final en comparaison avec l'héroine de la mini-série américaine Netflix Le jeu de la Dame (The Queen's Gambit), créée par Scott Frank et Allan Scott, adaptée du roman éponyme de Walter Tevis publié en 1983, lui même inspiré de la vie de Bobby Fischer.

Posté le 04/09/2021 à 19h15