ZOO

Morgue Pleine (Octobre 2021)

couverture de l'album Morgue Pleine

Éditeur : Dupuis

Scénario : Max Cabanes, Jean-Patrick Manchette

Collection : Aire Libre

Genres : Polar / Thriller

Prix : 22.00€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

3.0

Limogé de la gendarmerie suite à une bavure, Eugène Tarpon a ouvert son cabinet de détective privé à Paris. Mais les affaires sont loin d’être au rendez-vous et il décide de retourner vivre chez sa mère dans l’Allier. Ce même jour il est sollicité à trois reprises différentes, du jamais vu. Ainsi démarre la 4ème adaptation de Manchette par Max Cabanes et Doug Headline.

C’est la 3ème visite, celle d’une jolie jeune femme répondant au nom de Memphis Charles qui vient de trouver sa co-locataire sauvagement assassinée qui va le décider, un peu malgré lui, à s’impliquer dans cette affaire. Un schéma tout à fait classique dans la littérature policière dite d’enquête. De brefs flashback viennent éclairer le passé de Tarpon à plusieurs reprises du récit expliquant son côté dépressif et sa fâcheuse propension à se soûler à mort à la moindre occasion.




Publié en 1973 le roman de J-P. Manchette avait été adapté au cinéma par Jacques Bral en 1983 (Polar) avec Jean-François Balmer dans le rôle d’Eugène Tarpon. Un film plus qu’honorable qui ne fit pas un tabac dans les salles. Comme toujours chez Manchette, ses histoires sont fortement ancrées dans le contexte social et politique précis de l’époque à laquelle elles se déroulent et, relire cette histoire près de cinquante années après sa publication, lui confère désormais un aspect « vintage » qui n’est pas pour déplaire aux lecteurs qui ont vécu cette décennie-là.

Ceux qui ont apprécié les précédentes adaptations de Max Cabanes seront sans doute un peu surpris cette fois par son découpage du récit en un rigoureux gaufrier de neuf cases par planche, sur la quasi intégralité de l’album. Un dessin plus jeté aussi et des textes récitatifs beaucoup trop longs, alors que les images se suffisent amplement à elles-mêmes.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants