ZOO

Le royaume sans nom Acte 1

couverture de l'album Le royaume sans nom Acte 1

Éditeur : Glénat BD

Auteur : Coloriste : Lou

Collection : 24x32

Genres : Fantastique

Prix : 15.50€

  • ZOO
    note Zoo4.0

    Scénario

    3.5

    Dessin

    4.5
  • Lecteurs
    note lecteurs
    0 critique

Le synopsis de l'album Le royaume sans nom Acte 1

La guerre des crocs. Dans un royaume sans nom peuplé d'animaux où l'on croise un trésorier Zèbre, une soubrette Gazelle ou un Cerf ménestrel, le roi a atteint un âge honorable. Une question se pose donc : qui va lui succéder à la cour des Lions ? Son fils, le jeune prince ne semble pas attiré par le trône... Manifestant un profond attachement envers son père quand la tradition exige qu'il l'affronte pour prendre sa place, ce prince sans ambition est jugé frêle et inoffensif. L'arrivée de la délégation des royaumes du Nord pour un sommet d'Etats semble alors réveiller les instincts les plus vils ! Coups montés, complots et intrigues, personne n'est épargné, du petit peuple aux hautes sphères du pouvoir, tandis que les troupes du royaume du Tigre profitent de l'agitation pour semer la panique sur le territoire. Bientôt, la tragédie qui se noue dans ce monde animal en proie aux manigances va amorcer le début d'une ère nouvelle et l'avènement d'un nouveau roi...

Lire le synopsis

La critique ZOO sur l'album Le royaume sans nom Acte 1

Une tragi-comédie shakespearienne aux dialogues écrits dans une belle langue et au dessin d’une virtuosité tranquille. Reste à cette série prometteuse à se faire une place parmi les autres séries anthropomorphiques au talent affirmé.

Delcourt a Les 5 Terres et De Cape et de crocs. Dargaud a Blacksad. Glénat a désormais Le Royaume sans nom, le point commun étant bien sûr l'anthropomorphisme des personnages. Ce dernier titre traite aussi le jeu du pouvoir dans un système médiéval (comme Les 5 Terres) et assume également l'influence du théâtre dans les dialogues (comme De Cape et de crocs). La caractérisation de certains personnages peut rappeler Blacksad, même si la technique graphique est toute autre. Et on ne s'en plaint pas, grâce à des dialogues usinés avec soin par Herik Hanna (scénariste éclairé de Altamont) et à un dessin plus que léché de Redec, habituel collaborateur de Hanna.

Le royaume sans nom T.1

La cour du Royaume sans nom est en effervescence : Les Royaumes du Nord ont envoyé leur ambassadeur, un cochon glouton. Une alliance s’impose, face à l’appétit de territoires de l’armée du Tigre. La Cour bruisse également car l'héritier du Trône, ne veut pas tuer son père, le vieux Lion, comme la tradition l'exige. Des complots se trament dans tous les coins. Ce premier tome prend le temps de s'installer, avec de nombreuses sous-intrigues à mettre en place. Heureusement, Herik Hanna n’a pas oublié l’humour et des séquences telles celles avec le Cerf ménestrel coureur de jupons apportent des respirations bienvenues. De plus, l'histoire gagne en intensité sur la fin du récit, très réussie.

Le dessin de Redec porte avec un esthétisme gouleyant le propos tout au long de l'album. Faste de la Cour, émotions des personnages, action, comédie : tout est traduit avec bonheur. La vue depuis le balcon du fils du roi est à couper le souffle. L'encrage très fin accompagné des couleurs ensoleillées de Lou apporte de l'élégance et une jolie facture « cinéma d'animation ».

Ce drame aux accents shakespeariens assumés se laisse bien déguster. À voir si le tome 2 osera aller plus loin (y compris dans l'humour) pour notre plus grand plaisir.


Les 2 actualités autour de l'album Le royaume sans nom Acte 1

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants