ZOO

Communardes ! : Les Eléphants rouges (Septembre 2015)

couverture de l'album Les Eléphants rouges

Série : Communardes !Éditeur : Vents d'Ouest

Scénario : Wilfrid LupanoDessin : Lucy Mazel

Collection : Hors Collection

Genres : Aventure, Historique

Public : À partir de 16 ans

Prix : 14.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

5.0

Pendant que sa maman fréquente le club du mouvement des femmes pour la défense de Paris, Victorine prend soin des éléphants du Jardin des Plantes. Rebelle et indépendante, elle leur réserve un avenir considérable dans le combat de la Commune. Un récit époustouflant !

Au cours de l’hiver 1870, l’armée prussienne de Bismark est installée à Versailles. La Ville de Paris est assiégée. Le travail manque pour les femmes. Très vite, les vivres s’amenuisent ; il faut lutter. Victorine et sa maman Octavie vivent dans un petit logement. Les temps sont durs mais les ambitions demeurent… En effet, Victorine s’occupe de Castor et Pollux, les deux éléphants du Jardin des Plantes, pour qui elle imagine un rôle crucial au sein de la Commune.

Tandis que le rôle même des femmes dans les combats de la Commune est tourné en dérision par les dirigeants eux-mêmes, les enfants aspirent à participer à la révolution. Sauver Paris ! Cette série de Wilfrid Lupano présente le destin hors-norme de personnages représentatifs d’une époque terrible. Les femmes participent activement au combat, les enfants veulent suivre… Une belle aventure dans un Paris dévasté, gelé et affamé !

Sous le crayon de Mazel, Victorine est une adolescente vivante, sensible et malicieuse, mais très courageuse. Le travail des expressions de visage aboutit à des planches touchantes d’humanité et de réalisme. Le dessin détaillé et la colorisation aux délicates nuances traduisent avec émotion la tristesse d’une ville envahie, d’une population désabusée.

Communardes ! se fait un devoir de se souvenir de l’implication des femmes dans la Commune de Paris. Les Eléphants rouges approfondit le thème en évoquant la candeur de l’adolescence mêlée à l’ambition tenace de prendre part à la révolution. La mise en regard de la situation sociale des femmes avec les rêves d’une bande d’enfants dévoile une réalité redoutable : des populations écrasées qui sauront se relever.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants