ZOO

Complainte des Landes Perdues - T8 : Sill Valt (Novembre 2014)

couverture de l'album Sill Valt

Série : Complainte des Landes PerduesTome : 8/10Éditeur : Dargaud

Scénario : Jean DufauxDessin : Philippe Delaby, JérémyColoriste : Sébastien Gérard, Bérengère Marquebreucq

Genres : Heroic fantasy

Public : À partir de 12 ans

Prix : 13.99€

Voir la bande-annonce
ma collection
mes souhaits
mes lectures
série

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

4.0

Dessin

5.0

Ce quatrième tome promettait des combats épiques entre Sill Valt et le Guinea. Le combat se placera à un autre niveau mais ne déçoit pas. La fée Sanctus trouvera un moyen de mettre Seamus en sécurité tandis que les retournements de situation abondent pour cette fin en apothéose du deuxième cycle.

Sill Valt arrive dans la demeure de la mère du Guinea Lord et découvre l’horrible secret que cache ce chevalier invincible. Pendant ce temps, Seamus tente d’échapper aux mercenaires lancés à la poursuite de la fée Sanctus, mais cette dernière a plus d’un tour dans son sac. C’est l’amour qui reste finalement la clé des mystères des Landes perdues et la fin du tome apporte certaines réponses au premier cycle dessiné par Rosinski.


Jean Dufaux se plait à nous emporter dans son épopée et démontre qu’on ne peut pas se jouer aussi facilement du destin. Le combat entre l’amour et le mal au centre de ce cycle se retrouve déformé et on se plait à aimer voir les sentiments les plus purs pervertis. Ce tome est donc une vraie réussite qui se raccroche sans problème à la série initiale.

Le dernier tome dessiné par Philippe Delaby vaut le détour, on y retrouve les marques d’un dessin d’exception auquel ce dessinateur a su habituer ses lecteurs au fil du temps. La BD, achevée par Jérémy, l’auteur, entre autres, de la série Barracuda, ne perd rien de sa fluidité…

La préface, signée par Jean Dufaux, nous permet de mieux apercevoir la manière dont ce tome s’est créé et tristement achevé. C’est un hommage magnifique à un très grand pinceau.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants