ZOO

Croisade - T7 : Le Maître des sables

couverture de l'album Le Maître des sables

Série : CroisadeTome : 7/8Éditeur : Le Lombard

Scénario : Jean DufauxDessin : Xavier, Philippe XavierColoriste : Jean-Jacques Chagnaud

Genres : Aventure, Heroic fantasy

Public : Tout public

Prix : 14.45€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Gauthier de Flandres a enfin retrouvé sa sœur Sybille. Homme de cœur, il va à présent honorer la promesse faite à une mourante : il retrouvera sa sœur, prisonnière de la terrible secte des Flagellants. Dans cet excellent opus, Gauthier de Flandres accompagné de son ami fidèle va traverser des épreuves terribles pour pouvoir tenir sa parole.

Ce troisième tome de la deuxième saison de Croisade n’a rien à envier aux excellents albums qui l’ont précédé. Le talent de conteur de Dufaux continue à donner vie à une légende. La complexité de ses personnages, le mystère et les révélations qui les entourent, tout cela nous entraine page après page. Emportés, nous sommes conduits vers une frustration délectable, celle d’être arrivés à toute vitesse à la fin de l’album, qui se trouve être un moment crucial. Il y a du Shéhérazade dans cette façon de conter.

Gauthier de Flandres nous démontre que tout s’imbrique : Dieu et le Diable, la magie et la science, la raison et la folie, l’Orient et l’Occident et que rien ne peut vraiment exister sans son opposé. Cet album sur fond de désert et d’action, nous rappelle que l’amour, l’humilité, le pardon et la justice sont ici-bas les seules valeurs qui doivent guider la vie.

Le trait précis de Xavier et les couleurs vivantes, vibrantes de Chagnaud forment un écrin magnifique à cette histoire. Il nous immerge tellement dans l’action que nous nous ressentons presque physiquement l’atmosphère.

Cette série ne faiblit pas avec ce tome, bien au contraire. Elle entérine la naissance de ce qui deviendra une référence du genre : une belle légende à la croisée de l’Orient et de l’Occident.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants