ZOO

Donjon Crépuscule - T111 : La Fin du Donjon (Mars 2014)

couverture de l'album La Fin du Donjon

Série : Donjon CrépusculeTome : 111/111Éditeur : Delcourt

Scénario : Lewis Trondheim, Joann SfarDessin : MazanColoriste : Walter

Collection : Humour de rire

Genres : Humour

Prix : 9.95€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

3.0

Dessin

4.0

En voulant détruire l’Entité Noire, Herbert provoque malgré lui la destruction du Donjon. Mais si l’Entité était si simple à détruire, ça se saurait ! Herbert doit donc se rendre au pays des morts afin de rencontrer son ancêtre qui a déjà vaincu le fléau. Mais de retour chez les vivants, les choses tournent mal... Voici la fin trépidante et émouvante d’un cycle qui fait déjà partie des classiques.

Nous avions fini la lecture du tome 110 sur la destruction du Donjon. Ici nous revenons un peu en arrière avec cette fois-ci le projecteur braqué sur Herbert et son compère de toujours, Marvin alias le Roi Poussière. Mais même en ayant obtenu les réponses voulues au pays des morts, la destruction de l’Entité est repoussée pour cause de capture par l’ennemi. Lorsque Paspukal, le fils d’Herbert vient à la rescousse, c’est l’occasion pour les deux papys d’une dernière chevauchée fantastique.


Action et émotion… Pour clore cette série, Sfar et Trondheim n’ont pas lésiné sur les moyens. Un petit bémol cependant, le lecteur risque d’avoir quelques difficultés à lier ce tome avec le précédent en raison de flashbacks et autres ellipses, qui ne se rejoignent pas forcément. C’est un peu confus, pourtant nous pardonnons tout en suivant Herbert et Marvin. Leur relation de vieux couple retrouvée, ils font plaisir à voir et c’est sur cette note que s’achève Donjon.

Après Alfred, c’est au tour de Mazan de récupérer les pinceaux. La différence de style est visible mais pas désagréable, un peu plus estompée et un chouïa plus statique peut-être… Le tout donne un résultat esthétiquement beau et cohérent, rehaussé par les couleurs de Walter.

Ce dernier album se referme obligatoirement avec le sourire et une grande tendresse pour ces personnages qui nous ont accompagnés toutes ces années.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants