ZOO

Dr Watson - T1 : Le Grand Hiatus (Octobre 2014)

couverture de l'album Le Grand Hiatus

Série : Dr WatsonTome : 1/2Éditeur : Soleil

Scénario : Stéphane BetbederDessin : Darko PerovicColoriste : Daviet, Véra

Collection : 1800

Genres : Aventure, Polar / Thriller

Public : À partir de 12 ans

Prix : 13.95€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

4.0

Dessin

3.0

Sherlock Holmes a été précipité par son rival Moriarty dans les chutes de Reichenbach et le docteur Watson descend la longue spirale de sa dépression avec souffrance, incapable d’accepter la mort de son meilleur ami. Stéphane Betbeder se réapproprie le mythe du docteur Watson avec un mysticisme charmant, rendant cette énième adaptation très plaisante.

Sherlock Holmes et son acolyte le docteur Watson ont toujours eu le vent en poupe. Films hollywoodiens, série télévisée anglaise, tout prétexte est bon pour réadapter le legs laissé à la postérité par Sir Arthur Conan Doyle.

Contrairement aux errances connues par le grand détective dans les tomes qui lui sont consacrés dans cette collection, le premier tome du Dr Watson s’habille d’une classe à l’anglaise et d’un mysticisme venu d’Orient très alléchants. Stéphane Betbeder allie le passé militaire de Watson au mystère de la disparition du cadavre de Holmes, donnant à cette histoire une teinte ésotérique qui ravira les fans du genre.

Le dessin de Darko Perovic, colorisé par Daviet, assume cette orientation propre et chic du scénario en restant très classique. Les traits des personnages sont soignés, les passages entre trames temporelles sont clairs et le Londres du XIXème siècle prend vie dans les pages de ce premier tome consacré au docteur Watson. Seul reproche, le dessin est si lisse qu’il s’efface pour laisser la trame scénaristique prendre le dessus.

C’est avec une certaine ironie qu’une citation de Sir Arthur Conan Doyle est ajoutée à la fin de ce tome, relatant à quel point la créature Holmes avait pris vie, au-delà de la volonté de son créateur au bord de l’overdose. Stéphane Betbeder et Perovic ajoutent une nouvelle pierre à cet édifice, avec un certain succès.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants