ZOO

Dreams Factory - T1 : La Neige et l'Acier

couverture de l'album La Neige et l'Acier

Série : Dreams FactoryTome : 1/1Éditeur : Soleil

Scénario : Jérôme HamonDessin : Suheb ZakoColoriste : Lena Sayaphoum

Collection : Métamorphose

Genres : Aventure

Public : Tout public

Prix : 15.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.5

Scénario

4.0

Dessin

5.0

Des enfants dans la mine, de mystérieux enlèvements, des accents steampunk... Une intrigue prenante grandit entre les pages de La neige et l’acier, premier tome du diptyque Dreams Factory, qui marque par sa magie et sa philosophie.

Dans le Londres de 1892, des enfants ouvriers s’usent quotidiennement dans les mines de charbon. Parmi eux, il y a Indira qui fait de son mieux pour écarter son père, son petit frère Eliott et elle-même du dénuement. Mais un matin, le jeune Elliot décide de travailler à sa place, avant de s’évanouir dans la nature. Paniquée, Indira se met à enquêter sur sa disparition qui la mène sur les traces de la propriétaire des mines, Cathleen Sachs. Quel horrible dessein se cache dans l’esprit de la richissime femme ? Indira compte bien le savoir.

À côté de sa saga Nils, Jérôme Hamon fait souffler un nouveau vent fantastique sur le premier tome de Dreams Factory. Les héros de ce récit ? Ces enfants tyrannisés par les impitoyables lois du travail et de l’industrie. Ce n’est sûrement pas un hasard que le scénariste ait choisi de planter le décor dans la société victorienne, qui donne à La neige et l’acier les accents d’une nouvelle de Charles Dickens. Toutefois, la magie envoûtante qui s’en dégage façonne l’identité propre de cette série, ainsi que ses questionnements sur la réussite sociale ou sur la famille.

Suheb Zako donne à l’histoire une esthétique époustouflante. Pour sa première BD, son expérience de dessinateur dans l’animation rejaillit dans les plans où l’action et les émotions nous tiennent en haleine. Le Londres historique, quant à lui, se pare de jolis tons bleus et violets grâce à la coloriste Lena Sayaphoum, qui renforce merveilleusement l’ambiance steampunk.

La neige et l’acier est le début d’un haletant diptyque qui a de la philosophie et de la fantaisie à revendre !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants