ZOO

Exilium - T3 : Sonntag (Mai 2019)

couverture de l'album Sonntag

Série : ExiliumTome : 3/3Éditeur : Glénat BD

Scénario : Cédric SimonDessin : Éric Stalner

Collection : Grafica

Genres : Science-Fiction

Public : À partir de 16 ans

Prix : 14.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 2.5

Scénario

2.0

Dessin

4.0

Avec Sonntag hors jeu, plus rien ne semble pouvoir empêcher Koïos de prendre possession de Kayenn. Mais c’est sans compter la résistance la forêt qui, grâce à Luz et Sonntag, compte bien riposter. Un troisième tome pétri d’action mais qui s'achève sans approfondir les thématiques lancées par la série.

Emporté par Luz, que l’esprit de Kayenn possède, Sonntag lutte entre sa part humaine et bienveillante et sa part maléfique, Koïos, qui réside également dans la colonie. Ils n’ont que peu de temps pour stopper le projet Arès, qui doit permettre à l’entité de prendre le contrôle de la forêt.

Après un premier tome bien ficelé et un deuxième plus dispersé, ce troisième volume conclut la série par un scénario d’action qui se révèle décevant face aux problématiques posées au début de l’aventure. Le conflit entre l’humain et la nature est traité de façon binaire, et sa résolution se limite à l’opposition traditionnelle des héros face à un antagoniste peu nuancé. Cela pourrait fonctionner si la série n’abordait pas des questions complexes, qui ne sauraient se résoudre de cette manière : écologie, colonisation spatiale, etc.

Que dire également du symbolisme de la série ? Les personnages masculins incarnent l’intelligence artificielle, le savoir technologique et la conquête, tandis que Kayenn, la nature sauvage et la planète colonisée sont, elles, représentées par des personnages féminins comme Luz ou Sara. Il y a là comme un air de déjà-vu.

La confusion des dialogues s’accentue et l’on n’est pas toujours sûr de qui parle, les personnages ou les entités qui les possèdent, ce qui freine l’immersion à la lecture. Cependant, le dessin et les couleurs restent de qualité, avec des planches en pleine page pour des scènes d’action grandioses.

La conclusion de cette série laisse à désirer, en proposant une structure narrative plutôt bien rythmée où hélas la complexité disparaît pour nous offrir une résolution convenue.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants