ZOO

Il faut flinguer Ramirez - T2 (Décembre 2020)

couverture de l'album

Série : Il faut flinguer RamirezTome : 2/2Éditeur : Glénat BD

Scénario : Nicolas PetrimauxDessin : Nicolas Petrimaux

Genres : Polar / Thriller

Prix : 22.95€

Voir la bande-annonce
ma collection
mes souhaits
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

0.0

Dessin

0.0

Apportez-leur la tête de Jacques Ramirez !

Avec ce deuxième tome d’Il faut flinguer Ramirez, Nicolas Petrimaux poursuit brillamment son thriller décalé, survolté et addictif.

Jacques Ramirez, le timide, muet et exceptionnel employé d’une célèbre compagnie d’électroménager, est-il l’impitoyable tueur d’un cartel mexicain que croient reconnaître en lui plusieurs personnes ? Suite à un enchaînement de quiproquos, il se retrouve aux côtés des deux fugitives qui ont volé sa voiture, des tueurs mexicains et des policiers étant à leurs trousses. Il s’ensuit une traque dans laquelle chaque instant compte.

Action débridée et humour mordant

Paru en mai 2018, le premier tome d’Il faut flinguer Ramirez a créé la surprise avec son mélange explosif et particulièrement bien mené. Avec ce deuxième tome, Nicolas Petrimaux poursuit sur sa lancée : scénario toujours inventif et malin, récit vif et dense, découpage nerveux, situations décalées, dialogues aiguisés, maîtrise de l’action débridée comme d’une grande variété de comique (de caractère, de situation, de destruction… humour mordant, sens du pastiche). Ce tome pousse même le bouchon un peu plus loin. Si le récit est étoffé par un retour en arrière et des éléments familiaux, les rôles sont davantage précisés et certaines révélations sont faites. Quant aux interruptions du récit effectuées par des publicités, affiches, pages de magazine… elles se multiplient, apportant des indications quant aux personnages, aux situations ou à des objets utilisés (véhicules, vêtements).

Un thriller décalé, survolté et addictif

Un thriller décalé, survolté et addictif

Ce parti pris narratif, rarement aussi poussé qu’il ne l’est ici, est souvent hilarant. Petrimaux jongle ainsi avec les codes de la culture marchande et/ou populaire et, mine de rien, véhicule une critique sociale et politique bien sentie.


ici, l'auteur jongle avec les codes de la culture marchande et/ou populaire

ici, l'auteur jongle avec les codes de la culture marchande et/ou populaire

Ce tome 2 d’Il faut flinguer Ramirez, tout aussi trépidant et réjouissant que le premier, confirme donc que Nicolas Petrimaux sait, avec brio, jouer sur plusieurs tableaux.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants