ZOO

Kilomètre Zéro - T1 : Une épopée ferroviaire (Mars 2020)

couverture de l'album Une épopée ferroviaire

Série : Kilomètre ZéroTome : 1/1Éditeur : Grand Angle

Scénario : Stéphane PiatzszekDessin : Florent Bossard

Genres : Documentaire BD, Historique

Public : Tout public

Prix : 14.90€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

4.0

Dessin

2.5

Sous le règne de Louis-Philippe dans les années 1830, Nicolas Koechlin dirige l’une des plus grandes industries textiles de France. Prospère, il se lance dans un projet fou : construire la première ligne de chemin de fer internationale reliant Strasbourg à Bâle. Après Une famille en guerre avec Espé, le mulhousien d’adoption Stéphane Piatszsek continue de s’intéresser à l’histoire d’Alsace en relatant cette folle entreprise qui engloutira toute la fortune de son initiateur.

Avant de se lancer dans cette liaison ferroviaire internationale, Nicolas Koechlin commence par construire une ligne d’une petite vingtaine de kilomètres entre Mulhouse et Thann, dont la vallée regorge également de nombreuses usines textiles. Il est alors appuyé par une grande partie de sa famille et épaulé par les meilleurs spécialistes .

Ce récit aurait pu fournir matière à l’une de ces fameuses « histoires de l’oncle Paul » de la grande époque du magazine Spirou en ne se bornant que sur les étapes historiques de cette fantastique épopée. Mais en se lançant dans un triptyque, Stéphane Piatszsek étoffe son scénario en se plongeant littéralement dans le contexte de l’époque. Il s’intéresse aux rudes conditions de travail des ouvriers des usines de l’époque, notamment celles des enfants qui y sont employés en grand nombre. Parmi les grandes figures de la famille Koechlin viennent se glisser des personnages purement fictifs qui s’intègrent parfaitement à l’histoire.

Le dessin très jeté et un peu âpre de Florent Bossard avec une mise en couleur travaillée en aplats dont les dominantes varient selon les scènes et les ambiances, risque de ne pas vraiment séduire les adeptes du trait réaliste académique habituel à ce type d’histoire. Mais la couverture de l’album constitue une belle invitation à sa lecture. Laissez-vous séduire, vous ne regretterez pas le voyage !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants