ZOO

La Cité sans nom - T1 : Menace sur l'Empire Dao (Avril 2017)

couverture de l'album Menace sur l'Empire Dao

Série : La Cité sans nomTome : 1/1Éditeur : Rue de Sèvres

Scénario : Faith Erin HicksDessin : Faith Erin Hicks

Genres : Aventure

Public : Tout public

Prix : 16.00€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

3.5

Dessin

3.5

Au cœur d'une cité convoitée par tous les peuples, une amitié naît entre deux personnages que tout oppose et qui vont se retrouver précipités au milieu d'un complot. Ce premier tome de la trilogie de la Cité sans nom nous offre une aventure plutôt prenante !

La Cité a mille noms et n'en porte aucun : conquise à maintes reprises au fil des siècles, elle a changé de nom autant que de maîtres. Mais ses véritables habitants savent qu'il est inutile de chercher à la nommer.

Kaidu est le fils d'un général Dao, peuple qui détient la Cité depuis des années. Rate est une gamine des rues, issue du très méprisé peuple autochtone. L'un est curieux, l'autre méfiante. Arrive ce qui doit arriver : d'abord adversaires, ils finissent par s'apprivoiser, échanger et se lier d'amitié. Mêlés involontairement à un complot contre le pouvoir en place, ils sont précipités dans des aventures imprévues.

Cette intrigue, certes classique, offre une bonne dose d'aventure, d'humour et d'optimisme. On prend plaisir à suivre les personnages sympathiques, attachants et vifs dans leurs courses sur les toits. L'univers surtout, foisonne et fascine, avec cette ville sans nom, immense et mystérieuse, au cœur de toutes les convoitises.

Le dessin, bien que parfois raide, épouse le rythme de l'intrigue et ses couleurs donnent beaucoup de vitalité à l'album. Le trait européen se mêle harmonieusement aux inspirations asiatiques de l’univers. De beaux décors et quelques pleines pages saisissantes nous immergent au cœur de la Cité.

Ce premier tome nous introduit dans un univers intrigant qui devrait plaire à tous âges et dont il nous tarde d'explorer toutes les facettes.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants