ZOO

Le manoir Sheridan - T1 : La porte de Géhenne (Juin 2021)

couverture de l'album La porte de Géhenne

Série : Le manoir SheridanTome : 1/2Éditeur : Vents d'Ouest

Scénario : Jacques Lamontagne, Ma Yi

Collection : 24X32

Genres : Fantastique

Prix : 14.50€

ma collection
mes souhaits
mes lectures
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

2.5

Dessin

3.5

En cavale sur les chemins enneigés du Québec, Daniel Letendre s'aventure dangereusement avec son traîneau sur un lac gelé. La glace cède. Chevaux, traîneau et cargaison sont engloutis. Sauvé des eaux, in-extremis, le jeune homme est recueilli au Manoir Sheridan par ses occupants. Angus Mac Mahon et son majordome lui offrent gîte et couvert le temps de sa convalescence.

La couverture de l’album donne vite la couleur de l’histoire: le Manoir Sheridan n’a rien de lumineux. Arpentant les couloirs du manoir dans une chaise roulante le temps de sa convalescence, le jeune Daniel va progressivement s’engouffrer dans un univers mystérieux où drame familial et magie noire sommeillent sous une infime couche de silence et de poussière.

le Manoir Sheridan est une grande bâtisse isolée et inquiétante

le Manoir Sheridan est une grande bâtisse isolée et inquiétante
© vents d'Ouest

Pourtant, le graphisme de Ma Yi brouille astucieusement les pistes. Colorés et détaillés, les décors sont majoritairement éclatants de contrastes et de jeux de lumières. Il en va de même pour les personnages : qu’ils soient fins ou patibulaires, juvéniles ou émaciés, les visages arrivent sans soucis à donner corps aux émotions. Le personnage très avenant de Angus Mac Mahon peut devenir, sur un coup de trait, étonnamment menaçant. Le dessinateur et coloriste a voulu donner aux personnages et environnements une aura claire-obscure qui pousse d’abord à la curiosité et l’émerveillement. Puis l’irruption du fantastique change la palette du graphisme, basculant le jeune héros dans un monde gris et désaturé. Un changement d’atmosphère visuel bienvenu.

Daniel va découvrir qu'il a ouvert la porte d'un monde cauchemardesque

Daniel va ouvrir la porte d'un monde cauchemardesque
© Vents d'Ouest

Côté scénario, Lamontagne livre un récit typiquement lovecraftien : un héros en cavale dans les années 20, un manoir isolé, un mécène cultivé, un majordome peu loquace, un secret de famille enfoui, des artefacts peu catholiques... Ceux n’ayant jamais entendu parler de Lovecraft ou Edgar Allan Poe pourront savourer certains rebondissements. Les autres seront non seulement en terrain connu, mais auront l’impression de lire une histoire trop édulcorée du genre. Le personnage principal affronte parfois l’horreur avec une légèreté de ton peu appropriée à ce type de récit.

L’intrigue en devient prévisible et n’apporte pas grand-chose de neuf au genre. Le Manoir Sheridan est une série à conseiller aux lecteurs qui n’ont pas encore eu l’occasion de se frotter à l’univers merveilleusement cauchemardesque de Poe ou Lovecraft.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants