ZOO

Le Soufflevent - T1 : New Pearl - Alexandrie

couverture de l'album New Pearl - Alexandrie

Série : Le SouffleventTome : 1/3Éditeur : Delcourt

Scénario : AndoryssDessin : Xavier Collette

Collection : Jeunesse

Genres : Fantastique

Public : Tout public

Prix : 13.95€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

3.0

Dessin

4.0

Un jeune pilote de l'Aéropostale se retrouve affublé de deux passagers clandestins pas comme les autres : Coline, jeune fille qui détient une invention capable de maîtriser le vent, et son chat volant, tous deux poursuivis par l'armée. Cette jolie série fantastique pour la jeunesse, mâtinée de steampunk, commence sur les chapeaux de roue.

Coline et son chat Typhon, qui possède une gouaille et un sens du vol surprenants (pour un chat), doivent rallier Alexandrie au plus vite pour y déposer le brevet d'une invention qui, récupérée par les militaires, pourraient s'avérer une arme terrible. Sacha se voit contraint de les y aider, quitte à y laisser des plumes (bien qu'il n'ait pas d'ailes, lui). Mais l'armée s'avère impitoyable et, pour battre Goliath, nos héros devront se résoudre à de durs sacrifices.

Habituée aux récits pour la jeunesse, la scénariste use de tous les ingrédients pour plaire aux jeunes fans d'aventure et de fantastique : une héroïne en quête d'identité, un animal attachant et protecteur, un mauvais garçon pas si mauvais et bien mignon, beaucoup de rebondissements saupoudrés d'une bonne dose de magie.


La recette est plutôt classique, on voit venir certaines révélations à des kilomètres et une partie de l'intrigue est résolue dès le premier tome. Mais ça tient la route et on se laisse prendre au jeu.

Le dessin est particulièrement intéressant dans cet album. On sent une orientation vers un univers steampunk, version édulcorée. Cela donne des couleurs et des nuances magnifiques. Les paysages et les vaisseaux pirates volants sont mis en valeur dans de grandes cases très réussies.

La petite faiblesse vient des personnages, parfois mal proportionnés, au visage souvent figé mais l'ambiance générale et la maîtrise des décors rattrapent largement ce défaut. Le tout nous laisse avec l'impression d'avoir lu, au final, un bel album.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants