ZOO

Lucky Luke - T39 : Chasseur de primes (Octobre 1981)

couverture de l'album Chasseur de primes

Série : Lucky LukeTome : 39/70Éditeur : Lucky Productions

Scénario : René GoscinnyDessin : Morris

Collection : Les Intégrales Dargaud

Genres : Aventure, Humour

Public : Tout public

Prix : 10.60€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Elliot Belt, chasseur de primes méprisé de tous, risque de provoquer une guerre en capturant un Indien injustement accusé de vol de cheval. Lucky Luke va intervenir dans cette nouvelle aventure hilarante.

Méprisé dans l’Ouest américain, le chasseur de primes se repaît de la liberté d’autrui. Elliot Belt, un de ces célèbres énergumènes, vient d’arriver en ville. La promesse d’une récompense de 100 000 dollars pour retrouver Tea Spoon le rend fou. Ce cheyenne aurait volé le précieux étalon de Branco Fortworth. Sachant qu’il serait pendu sans un procès équitable, Tea Spoon se cache auprès des siens et Lucky Luke se démène pour le retrouver avant Elliot Belt...

Cet album de Lucky Luke a beau être le trente-neuvième, il ne lasse pas grâce à son duo d’auteurs Morris et Goscinny. Dès les premières pages, le lecteur, hilare, est conquis par une savoureuse description de la profession de chasseur de primes. Il prendra ensuite un malin plaisir à suivre Elliot Belt, à la psychologie dominée par l’amour de la récompense. Les autres personnages tels que les Indiens s’entrainant à la danse de la pluie ou Branco Fortworth, obsédé par son cheval égaré, ne manqueront pas non plus de faire rire. Pour agrémenter l’ensemble, le regard sur la justice du Far West expéditive surtout lorsqu’il s’agit d’Indiens offre une toile de fond intéressante.

Grâce aux décors épurés, nous retrouvons l’ambiance western propre à la série. Le saloon, son mobilier, les habits des cow-boys, la ville et les tipis nous transportent dans l’univers américain revu à la sauce de Morris. Le génie de ce dessinateur se lit aussi dans ses personnages qui allient expressivité et art de la caricature de monstres sacrés du western.

Le chasseur de primes est de ces bandes dessinées drôle à lire pour les petits et les grands.

Pour aller plus loin

Anecdotes

Lucky Luke a sa chaîne youtube

Depuis juillet 2015, le cow-boy qui tire plus vite que son ombre a sa chaîne officielle sur YouTube. Lire la suite...

Elliot Belt, inspiré par Washington

Une anecdote ouvre l’enfance du chasseur de primes Elliot Belt, celle d’un certain cerisier coupé. Elle est tirée du mythe autour de l’honnêteté de George Washington.
Lire la suite...

Elliot Belt incarné par Lee Van Cleef

Dans Chasseur de primes, Lucky Luke rencontre un homme doué de la gâchette mais vénal : Elliot Belt. Pour incarner cet anti-Lucky Luke, Morris choisit les traits de Lee Van Cleef, acteur remis en haut de l’affiche par Sergio Leone. Lire la suite...

3 anecdotes
Haut de page

Critiques Lecteurs

Meilleure critique positive
Par L'historien
le 25/11/16 à 10h39

Chasseur de primes propose une intrigue policière crédible, doublée de plusieurs personnages forts Lire la suite...

Meilleure critique négative
Par nicholas
le 05/12/16 à 10h03

Un album qui à partir de la recherche tous azimuts d'un indien par un chasseur de tête, permet de Lire la suite...

Note moyenne : 3.5 pour 2 notes Lecteurs

Déjà lu cet album ?
Publiez votre critique.
Quiz Lucky LukeQuiz difficile Lucky LukeQuiz Les Méchants dans Lucky LukeQuiz Qui se cache derrière les personnages de Lucky Luke ?
Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (2)

note de la critique de nicholas

Un album qui à partir de la recherche tous azimuts d'un indien par un chasseur de tête, permet de traiter des sujets grave, comme les conditions humaines des indiens. J'ai trouvé cependant la lecture un peu poussive par rapport à d'autres albums de la série... (Lu en numérique)

Posté le 05/12/2016 à 10h03

note de la critique de L'historien

Chasseur de primes propose une intrigue policière crédible, doublée de plusieurs personnages forts tels que l'éleveur Bronco Forthworth, obsédé par les chevaux au point de leur ressembler dans ses attitudes et bien sûr l'indien Tea Spoon, accusé du larcin. Comme dans " Canyon Apache ", les Indiens sont traités avec un réalisme désenchanté. Ce ne sont plus des hommes vus comme des sauvages mais déjà comme des citoyens de seconde zone, victimes du racisme ordinaire et parqués dans des réserves, obligés pour survivre de vendre des " authentiques tapis de selle du général Custer. " Un des albums les plus adultes de la série Lucky Luke.

Posté le 25/11/2016 à 10h39