ZOO

Madeleine, résistante - T2 : L'édredon rouge

couverture de l'album L'édredon rouge

Série : Madeleine, résistanteTome : 2/2Éditeur : Dupuis

Auteur :

Collectif :

Collection : Aire Libre

Genres : Aventure, Documentaire BD, Historique

Public : À partir de 16 ans

Prix : 23.50€

  • ZOO
    note Zoo4.0

    Scénario

    4.0

    Dessin

    4.0
  • Lecteurs
    note lecteurs4.0
    2 notes pour 0 critique

Le synopsis de l'album L'édredon rouge

Introduite dans une cellule de Résistance, Madeleine - nom de code « Rainer » - se forme aux tactiques d'action et de discrétion... Avec ses compagnons, dont Picpus, amoureux comme elle de poésie, la jeune femme va nous faire vivre le quotidien de la Résistance avec une précision documentaire jamais atteinte, narrant aussi bien la rencontre avec les camarades du célèbre groupe Manouchian, la joie des victoires que le drame des pertes humaines...

Madeleine Riffaud, née en 1924, continue le récit de ses aventures avec le concours de Jean-David Morvan et Dominique Bertail. Lauréate - entre autres - du Prix René Goscinny au FIBD 2022, objet d'une exposition en itinérance dans les festivals, collèges et lycées mais aussi de présentations prestigieuses au Centre de la Résistance et de la Déportation de Lyon et au FIBD 2023, Madeleine résistante est d'ores et déjà rentrée dans l'Histoire.


Madeleine résistante, pas victime

Une vie de passion, de combat contre tout ce qui pouvait mettre à mal son sens inné de la justice et de la liberté, Madeleine Riffaud est un cas unique. Le premier tome de Madeleine, résistante (Aire Libre) a réuni tous les suffrages. Voici venu le tome 2, L’Édredon rouge de Morvan et Bertail.

Madeleine Riffaud a 98 ans et comme l’assure le scénariste Jean-David Morvan, « elle est en pleine forme ». Trois fascicules anticipent comme pour le tome 1 la publication du 2. « On y voit le quotidien d’un résistant. On montre au jour le jour comment fonctionnait un réseau, à Paris au moins. Comment on se retrouvait, on écrivait des messages codés sur des tickets de métro pour que les Allemands ne comprennent pas en cas d’arrestation, les liaisons radios clandestines vers Londres, voler des armes aux Allemands ou des machines à écrire pour faire les tracts. Les amis tombent et elle prend des responsabilités. Elle devient FTP (Franc-Tireur Partisan d’obédience communiste) à la suite des membres de l’Affiche Rouge, le groupe Manouchian décimé par la Gestapo. »

Madeleine

Madeleine © Dupuis

Madeleine a choisi et ce n’est qu’un début. Elle va aller au bout de son engagement alors qu’être une femme ne lui facilite pas la tâche, un certain machisme oblige. Comme le rappelle Morvan « elle vient d’un milieu de gauche, mais quand on s’engageait dans la Résistance, on allait où on voulait de vous. Dans le tome 2, on est passé à 120 pages. On est un mois avant la Libération de Paris le 23 juillet 1944. J’aurais pu faire 80 pages de plus. L’album finit quand elle tue un officier allemand et qu’elle est arrêtée. »

Madeleine, surnom Rainer en 1944, c’est une vague inattendue porteuse d’espoir qui permet à un nouveau lectorat de découvrir le combat, les valeurs d’une femme qui affronte les extrêmes, du nazisme au colonialisme quand elle sera ensuite grand reporter de guerre au Vietnam ou pendant la guerre d’Algérie.

Une éternelle survivante

Comment a-t-elle géré l’énorme succès de cet album ? « Elle est contente » assure Morvan, « avec par exemple des affiches dans le métro pour le livre où on dit "je ne suis pas une victime, je suis une résistante". C’est le message qu’elle voulait transmettre comme Lucie Aubrac le lui avait demandé. Elle peut continuer à témoigner avec la BD alors qu’elle est bloquée chez elle. Elle a compris la BD. Elle a un cerveau d’exception et ne vit pas dans un monde à l’arrêt. La BD est devenue son moyen d’expression et elle a coscénarisé la série qui comptera sept albums. »

Madeleine

Madeleine © Dupuis

Et puis, complète Morvan, « l’histoire est belle, vraie, concerne les gens. La force du dessin de Bertail est capitale, apporte toute sa puissance avec la teinte bleue de fond. Madeleine a toujours intéressé les autres. Elle ne voulait pas que la France qu’elle avait défendue se comporte comme les nazis dans les colonies. On a réussi à imposer le personnage par la progression dans le premier tome. » Madeleine est une éternelle survivante. Elle a eu la Covid, ce qui à son âge a été difficile, hospitalisée. Elle résiste, ne cesse jamais la lutte, avec une volonté de fer, une passion pour la vie. « Au début, les lecteurs », ajoute Morvan, « quand ils lisent Madeleine, pensent qu’elle parle au scénariste. Très vite, ils réalisent que c’est à eux qu’elle s’adresse. Souvent dans les BD historiques actuelles, on est dans du Wikipédia sans intériorité. Avec Madeleine, on continue sa pensée, on se fond dans son style. On n’est pas dans une BD classique, il y a l’attachement que l’on a pour elle qui a toujours su rester humble. » Le tome 2 est tout aussi exaltant, prenant que le premier. Morvan est brillant, Bertail sublime, et Madeleine est sans concession.


Les 4 actualités autour de l'album L'édredon rouge

Toutes les actualités
Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaire et critiques (1)

Dessin : 5
Scénario : 5
Ensemble : 5




Madeleine Riffaud, aujourd'hui âgée de 99 ans, est une figure méconnue mais remarquable de la résistance française pendant la Seconde Guerre mondiale. Son courage et son engagement sans faille au sein des Forces Françaises de l'Intérieur (FFI) à Paris sont le sujet d'une série captivante de bandes dessinées, retraçant son incroyable parcours, de sa première entrée dans l'armée des ombres (tome 1) à ses actes héroïques et sa montée en grade (tome 2).

Madeleine Riffaud, alors étudiante à Paris pour devenir sage-femme, a intégré les FFI sous les ordres de Paul, un moment décisif dans sa vie qui allait la conduire à des actes héroïques. Souvent en collaboration avec des compagnons tels que Picpus ou Janson, elle a dû se fondre dans la foule, dissimulant son engagement total contre les nazis derrière une apparence innocente. C'est à cette époque qu'elle a adopté le pseudonyme de "Rainer," en hommage à l'écrivain Rainer Maria Rilke, dont elle était une admiratrice fervente. Les actions de Madeleine étaient périlleuses, et elle n'a jamais reculé face à l'adversité. Ses premières missions consistaient à avertir ses camarades lorsque leur

Le 01/10/2023 à 21h26