ZOO

Pablo - T3 : Matisse (Avril 2013)

couverture de l'album Matisse

Série : PabloTome : 3/4Éditeur : Dargaud

Scénario : Julie BirmantDessin : Clément Oubrerie

Genres : Historique, Récit de vie

Public : Tout public

Prix : 16.95€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Nous avions laissé Picasso en proie aux doutes, incapable de finir le portrait de Gertrude Stein. et quand l’inspiration manque, il faut prendre l’air. Comme Picasso ne fait pas les choses à moitié, il emmène Fernande en Espagne. Au programme : rencontre avec les parents de Pablo puis huit heures de mulet pour rejoindre un village perdu de Catalogne, et enfin, création de l’Art moderne.

Cette escapade dans le village de Gosol révélera à Picasso que l’Art réaliste est destiné à disparaître. Il est persuadé que c’est à lui qu’incombe la tâche d’inventer l’Art moderne, qui n’aurait plus de limite de temps ni d’espace. A ses côtés, Fernande l’inspire et bien plus encore : elle supporte ses humeurs, sa paranoïa, son ambition et sa jalousie dévorante. De retour à Paris, Pablo peut enfin finir le portrait de Gertrude Stein et, empli de sa nouvelle assurance, rencontrer le grand Matisse. Il ressortira de cette entrevue bouffi de jalousie et n’aura plus qu’une idée en tête : surpasser le maître.

Le scénario de Julie Birmant est toujours aussi bon. Nous assistons grâce à lui à tout le processus de création de l’Art moderne et de l’œuvre de Picasso telle que nous la connaissons. Au-delà de cet aspect artistique, il ne néglige pas l’histoire d’amour entre Picasso et Fernande qui, bien que peu mentionnée dans la bibliographie de l’artiste, a été sa muse et sa compagne pendant dix ans. Malgré le titre de cet album, c’est bel et bien Fernande l’héroïne de l’histoire. C’est à travers elle que nous découvrons Picasso, un homme loin d’être parfait, presque antipathique et pourtant…

Au niveau graphique, encore une réussite de Clément Oubrerie, dont les dessins bruts collent parfaitement à la personnalité de l’artiste. Soulignons également le magnifique travail des couleurs de Sandra Desmazières qui nous transporte aussi bien dans un décor de western que dans un Paris de bohème. Un vrai délice !

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants