ZOO

Rio - T1 : Dieu pour tous (Avril 2016)

couverture de l'album Dieu pour tous

Série : RioTome : 1/4Éditeur : Glénat BD

Scénario : Louise Garcia, Corentin RougeDessin : Corentin Rouge

Collection : Grafica

Genres : Aventure, Polar / Thriller

Public : À partir de 12 ans

Prix : 14.95€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Après le meurtre de leur mère par un policier, Rubeus et Nina doivent quitter leur favela et survivre dans les rues de Rio de Janeiro. Loin des clichés du carnaval, Corentin Rouge et Louise Garcia montrent la face violente de la ville brésilienne et une réalité souvent dure à regarder. Le talent graphique de Corentin Rouge donne vie à cette bande dessinée carioca aux couleurs chaudes et au trait dynamique.

Se retrouvant à la rue pour fuir un policier qui veut leur mort et la mystérieuse malédiction d’une sorcière candomblé, Rubeus et Nina rejoignent un gang de gamins des rues. Ils ne devront leur fuite de la violence et la pauvreté de Rio de Janeiro qu’à un riche couple américain désireux de les adopter.

Corentin Rouge et Louise Garcia portent un regard très dur et effroyablement réaliste sur la ville où Louise a grandi. Loin des clichés de carte postale, les deux co-auteurs placent leur scénario de bande dessinée dans la lignée des films Cité de Dieu et Troupes d’élite. Plutôt que la fête et les plages de touristes, ils préfèrent parler de corruption, de violence et de la difficulté de s’en sortir dans le Rio de Janeiro actuel.

La fascination et l’attachement que Corentin Rouge doit éprouver pour Rio se ressent à travers ses magnifiques planches. Il donne beaucoup de vie à ses personnages et aux rues de la ville par son trait dynamique et des couleurs chaudes comme Rio. Ses brésiliens nous hypnotisent par la profondeur de leurs regards et le poids de leurs dures conditions de vie.

Abordant les difficiles sujets de la pauvreté et de la violence, cette première bande dessinée de Garcia et Rouge auraient pu facilement tomber dans d’autres clichés. Heureusement le travail de recherche visuel de l’un et l’expérience de la ville de l’autre en font un récit touchant et hypnotisant.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants