ZOO

Thorgal - T38 : La Selkie (Novembre 2020)

couverture de l'album La Selkie

Série : ThorgalTome : 38/38Éditeur : Le Lombard

Scénario : Yann, Frédéric VignauxColoriste : Gaétan Georges

Genres : Aventure, Fantastique

Public : Tout public

Prix : 12.45€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

3.5

Dessin

3.5

Enfermée dans une cage étroite, Louve, la fille de Thorgal et d’Aaricia, se retrouve loin de chez elle sur une des îles Féroé. Grimur, son ravisseur, l’a capturée pour l’offrir à son fils, qui la trouve plutôt à son goût. Sitôt que Thorgal apprend l’origine du navire venu commercer dans le village, il part accompagné de Jolan pour arracher la jeune fille à son funeste sort. Yann se penche sur une légende du folklore scandinave et offre un récit taillé sur mesure à son talentueux partenaire.


La peur est au rendez-vous dans le dernier tome de Thorgal...

La peur est au rendez-vous dans le dernier tome de Thorgal...


Mais d’abord, qu’est-ce donc qu’une selkie? Il se racontait autrefois que, le temps d’une nuit, lorsque la lune est rousse, les phoques se regroupaient sur les plages et quittaient leur peau pour se métamorphoser en femme avant de retourner à la mer à l’aurore. Il existe même là-bas une statue de selkie nommée Kapakonan. Elle va évidemment faire son apparition parmi les récifs lorsque Thorgal va approcher du rivage où se déroule un véritable massacre d’une colonie de phoques par les habitants de l’île, un rite séculaire appelé le « grindadrap ». Face à la rudesse de la population indigène, Thorgal et Jolan auront fort à faire pour tirer Louve des griffes de son ravisseur.

Depuis qu’il a entrepris les séries parallèles de Louve et de La jeunesse de Thorgal avec Surzhenko, Yann a amplement eu l’opportunité de prouver qu’il était l’héritier le plus qualifié pour succéder à Jean Van Hamme pour la série mère. L’univers de Thorgal l’inspire profondément et nous pouvons, sans crainte aucune, voir la série perdurer sans doute encore un bon moment.

Nous avions souligné à l’occasion de la publication du tome précédent tout le bien qu’il fallait penser du dessin de Fred Vignaux, proche de celui de Rosinski dans sa période la plus faste. L’enchantement continue !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants