ZOO

Chère Créature (Février 2018)

couverture de l'album Chère Créature

Éditeur : Glénat BD

Dessin : Jonathan Case

Collection : Hors Collection

Genres : Fantastique

Prix : 16.95€

ma collection
mes souhaits
mes lectures

La critique ZOO

Note ZOO 4.5

Scénario

4.0

Dessin

4.5

Le stupéfiant Chère créature conte l’histoire du mutant aquatique Grue, être évoluant dans un univers noir gorgé de références culturelles disparates. Cet hommage délicat à la littérature fantastique déploie thèmes universels et pincée de cynisme.

Monstre aquatique mangeur de chair humaine, Grue s’exprime en vers. Ses seuls compagnons d’infortune ? Des crabes dotés d’une verve truculente et d’un cynisme désopilant. Jusqu’au jour où il trouve dans les profondeurs marines, à quelques encablures d’une plage fréquentée, des bouteilles de Kiki Cola contenant des textes de Shakespeare.

Jetés à la mer par la fragile Giulietta, une femme tourmentée, ces textes poussent Grue à réfréner ses pulsions meurtrières et à s’humaniser peu à peu... Ce qui dérange ses camarades invertébrés, lesquels considèrent les humains comme des hors d’œuvre. Jouant le rôle de mauvaise conscience, ils le rappellent à ses instincts les plus primitifs, alors qu’il va tout faire pour aider Giulietta à oublier son passé tragique et acheter ainsi sa rédemption...

À travers l’histoire d’un monstre en quête d’humanité, Jonathan Case explore l’envie, la solitude et l’amour, et utilisent pour cela pléthore de références, allant du cinéma de genre mais aussi d’Hitchcock et Bergman aux vers de Shakespeare en passant par les sculptures de Rodin. La richesse de la narration se développe au fur et à mesure, délivrant un récit poignant.

Dans un saisissant jeu de clair-obscur, le trait de ce roman graphique joue à merveille des contrastes. Les lignes savamment pensées n’empêchent pas les cases de déborder d’énergie grâce à la galerie de personnages, de monstres, de décors et d’accessoires qui y prennent vie. Un peu à la manière de Craig Thompson, qui signe d’ailleurs l’introduction illustrée, le noir et blanc se teinte d’infinies nuances...

Chère Créature laisse pantois tant il est déconcertant. A lire absolument !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants