ZOO

Witchfinder - T1 : Au service des anges

couverture de l'album Au service des anges

Série : WitchfinderTome : 1/3Éditeur : Delcourt

Scénario : Mike MignolaDessin : Ben StenbeckColoriste : Dave Stewart

Collection : Contrebande

Genres : Comics, Fantastique

Public : À partir de 12 ans

Prix : 16.95€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

3.0

Londres, fin XIXème siècle. La reine Victoria confie à Edward Grey le nettoyage des bas-fonds de la capitale anglaise mais surtout l’enquête sur des faits surnaturels. Ce chasseur de sorcières doit combattre à la fois contre une puissance ancienne et une société secrète très puissante. Amateurs de luttes magiques, cette série s’adresse à vous.

Les aventures d’Edward Grey suivent un scénario incisif, qui ne nous laisse que peu de temps pour souffler entre chaque découverte. Elles nous entrainent du côté le plus sombre du fantastique. L’intrigue, loin d’être simpliste, fait intervenir une multitude de protagonistes. Les forces obscures en jeu correspondent si bien à ce qu’on peut en imaginer qu’elles se fondent parfaitement dans le glauque des quartiers les moins en vue de Londres.

Durant cette plongée dans les entrailles de l’enfer, ce premier tome n’oublie pas de nous donner à voir aussi l’existence des forces du bien. Il nous rappelle ainsi que rien n’existe sans son opposé, en lutte constante. La mise en place d’alliés puissants est d’un grand soutien pour les héros mais aussi pour le lecteur entrainé aux tréfonds des ténèbres.

Au-delà du trait caractéristique des comics qui ravira les habitués, le dessin sombre confirme cette plongée vers les enfers. L’ambiance charbonneuse correspond bien à la fois au Londres pauvre du XIXème siècle et aux forces occultes en jeu. Heureusement quelques moments de clarté nous apportent l’espoir et un halo de beauté entoure les forces du bien.

Un bémol à ajouter à ce début de série qui semble prometteur : les deux petits récits ajoutés à la fin de l’album. Ils semblent avoir été expédiés et nous laissent un goût amer à la fin de la lecture.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants