ZOO
couverture de l'album

Série : Magic knight rayearthTome : 4/6Éditeur : Pika

Scénario : ClampDessin : ClampTraducteur : Hana Kanehisa

Adaptateur : Erwan Lossois

Collection : Shojo

Genres : Manga, Shojo

Prix : 8.20€

  • ZOO
    note Zoo4.0

    Scénario

    4.0

    Dessin

    4.0
  • Lecteurs
    note lecteurs
    0 critique

Le synopsis du manga

Après avoir rallié à leur cause les sbires de Zagato, les Magic Knights parviennent à vaincre ce dernier grâce aux Dieux-runes. Mais la joie cède la place au désespoir lorsqu'elles se voient obligées d'abattre celle qu'elles étaient censées sauver. C'est la mort dans l'âme qu'elles retrouvent leur monde. Mais un nouvel appel retentit...


La critique ZOO

Savez-vous vraiment faire la différence entre le bien et le mal ? C'est la question que vous pose le 4ème tome de Magic Knight Rayearth avec une nouvelle intrigue, plus sombre, aux dilemmes moraux bien plus profonds. On apprécie toujours le graphisme dans le plus pur style Clamp, mâtiné d'encore un peu plus de mecca avec l'arrivée des belligérants de la planète Autozam !

Depuis que le tragique destin de la princesse Émeraude s’est terminé dans les larmes, les Magic Knights restent durement affectées. De retour sur Cefiro, elles constatent que la planète est gravement instable et menacée par de nombreuses nations alentour. L’arrivée d’un nouveau pilier se révèle indispensable, et de toute urgence !

Le changement de ton est dramatique depuis la mort de la princesse Émeraude. Il est évident que le temps de l'apprentissage est révolu. Les Magic Knight forment une vraie communauté, ce qui se matérialise par l'aboutissement de leurs armes et armures, et la pleine coopération des dieux-runes. La notion de sacrifice pour une cause plus grande qu’elles est très présente ainsi que la culpabilité d'avoir servi à des jeux de pouvoir qu'elles ne pouvaient comprendre.

Magic knight rayearth tome 4

Magic knight rayearth tome 4
© Pika, 2022

Les trois nouvelles nations, Autozam, Chizeta, Fahren, ont chacune leurs ambiances graphiques bien définies. Personnages ronds et tenues traditionnelles asiatiques pour Fahren, tenues steampunk et cheveux foncés pour les habitants de la planète mécanique Autozam, tenues amazones et peaux foncées pour les princesses de Chizeta. Nos héroïnes voient leur nouveau statut d'icône sacrificielle graphiquement traduit par leur petitesse vis-à-vis de personnages qui en savent plus qu'elles ou sont plus puissants. Hikaru est représentée souvent en situation de vulnérabilité, même avec les cheveux détachés.

Serions-nous sur le point de savoir pourquoi le titre Magic Knight Rayearth porte le nom de chevalière ?

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants