ZOO

Issaïas Silva

En théorie, il lui suffisait de traverser la frontière pour assurer sa survie...

Nom : Silva

Prénom : Issaïas

Yeux : Noirs

Cheveux : Noir

Signes distinctifs :
Des cheveux bouclés, un regard parlant et l'envie de s'en sortir...

Issaïa, l’autre visage du chercheur d’or

Issaïas ou le colibri est le premier tome de la série L’Or. Grâce à ce jeune Brésilien, cette série réaliste présente le sort de la Guyane française, dont les zones aurifères sont devenues des territoires de non-droit.

Un Eldorado devenu Far West

Le monde sans lois dans lequel évolue le personnage de fiction Issaïas est bien réalité. Le problème de l’orpaillage illégal y a pris une telle ampleur que même la politique s’en est mêlée. Un rapport parlementaire de Christiane Taubira et deux opérations militaires répondant aux doux noms d’Anaconda et de Harpie plus tard, cette région d’Outre-Mer connait aujourd’hui encore les mêmes problèmes dans les années 2000.

Depuis l’annonce de chantiers d’orpaillage légaux milieu des années 80, de nombreux orpailleurs clandestins ont afflué en Guyane française. Ces garimpeiros, chercheurs d’or brésiliens ayant fui la misère, se sont peu à peu organisés. S’ils travaillent sur de nombreux chantiers tenus pour responsables de la pollution au mercure des cours d’eaux et la destruction de la forêt amazonienne, ils ne sont pas les seuls responsables du drame guyanais. En effet, d’autres concessions leurs disputent la recherche aurifère illégale. C’est sur un de ces chantiers aux conditions proches de l’esclavage que se retrouve le personnage d’Issaïas.

A travers son regard d’apprenti chercheur d’or, on découvre l’orpaillage sous un jour moins manichéen. Dans le Far West né de la course à l’or, chaque homme est un loup. Si en effet, les ouvriers brésiliens sont responsables, entres autres, des dégâts écologiques, ils sont à la merci d’exploitants sans scrupules qui n’hésitent pas utiliser les armes pour faire régner l’ordre. Pour parfaire le tableau, les forces de l’ordre, impuissantes ou corrompues selon les versions, n’enraient pas le trafic d’or illégal qui représente pas moins de la moitié des ressources aurifères extraites chaque année en Guyane.

Une histoire proche de la réalité

Difficile de croire qu’une histoire aussi violente que celle d’Issaïas puisse se dérouler sur le territoire français. Cependant certains éléments du périple de ce jeune Brésilien ressemblent étrangement à des faits datant de 2001, relatés dans un procès. Un certain Isaïs Souza Santos y accuse notamment un dénommé Poïté de l’avoir entrainé lui et un autre Brésilien au cœur de la jungle pour les attacher à un arbre avant de leur tirer dessus et de les laisser pour morts.


Même si la fiction prend des distances avec le déroulé des faits réels, les noms se ressemblent étrangement. Quant à l’histoire d’Issaïas, même si elle ne fait pas corps avec la réalité, elle ouvre les yeux sur la situation guyanaise. Plutôt que d’avoir d’un côté les méchants orpailleurs-pollueurs et de l’autre les pauvres populations locales, le récit met surtout en avant la détresse de chacun. Tous, sur cette terre à la fois Eldorado et enfer, ne font qu’œuvrer pour leur survie.


Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants