ZOO

Jack Kirby, Roi des Comics

Le 20 décembre 1940 aux États-Unis, un poing ganté rouge et bleu décrochait la mâchoire d’Adolf Hitler : le premier numéro de Captain America Comics venait de sortir chez Timely Comics, futur Marvel. Trente ans plus tard son dessinateur, Jack Kirby, gagnait pour la première fois son surnom de King of Comics. L’exposition qui lui sera consacrée dans quelques jours à Angoulême nous donne l’occasion de revenir sur le style et le parcours de ce roi de la BD !

La naissance du Roi

Le duo des origines

Captain America © Marvel Comics

Jack Kirby, de son vrai nom Jacob Kurtzberg naît en 1917 à New York. Sa famille, récemment émigrée d’Autriche, sera durement touchée pendant la Grande Dépression. À 14 ans, alors qu’il vient d’être accepté à l’institut Pratt pour devenir dessinateur, Jack Kirby est forcé de trouver un travail pour aider sa famille. Il devient donc livreur de journaux, mais n’abandonne pas le dessin pour autant. Après un passage dans le studio de Will Eisner, il rencontre le scénariste Joe Simon. C’est le début d’une collaboration mythique.

Ils sont embauchés par Timely Comics, futur Marvel Comics, où ils créent un personnage au succès immédiat : Captain America, super-soldat frappant Hitler sur la couverture du numéro 1, sorti en décembre 1940. Alors que les États-Unis sont encore opposés à la guerre, Captain America s’engageant physiquement contre le nazisme incarne la nouveauté et l’audace. Le succès sera au rendez-vous : un million d’exemplaires vendus en quelques semaines.

The King of Comics and Stan the Man

The Avengers © Marvel Comics

En 1960, Jack Kirby vient de passer une décennie loin des super-héros, ayant notamment réalisé avec Joe Simon des comics à l’eau de rose à grand succès. Il revient chez Timely Comics, désormais Atlas Comics mais pas encore Marvel, et y rencontre Stan Lee. Et le miracle opère. En moins de trois ans, ils créent les super-héros les plus connus de l’univers Marvel. Les 4 Fantastiques, Hulk, Thor, les X-Men et le groupe des Vengeurs naissent tous entre 1961 et 1963. Ils ressuscitent également Captain America, qui prend la tête du groupe des Vengeurs. Enfin, ils travaillent également sur le concept de Spider-man, mais Stan Lee, peu satisfait du travail de Kirby sur le héros, le confiera finalement à Steve Ditko.

X-Men © Marvel Comics

Le succès de toutes ces séries est monumental. Jack Kirby est alors au sommet de sa carrière : il dessine plus de six pages par jour, qu’il découpe lui-même à partir des synopsis fournis par Stan Lee. La science-fiction, de plus en plus présente dans leurs comics, permet aux deux auteurs d’explorer les méandres des réalités alternatives et du voyage spatial. Sans conteste le dessinateur le plus connu de cette époque, Jack Kirby acquiert son titre de Kings of Comics grâce à la diversité de ses dessins, pendant que l’image d’homme providentiel de Marvel Comics donne à Stan Lee son surnom de Stan The Man.

Jack Kirby, voyageur cosmique

© DC Comics

Mais à l’orée des années 70, des désaccords entre Marvel et Jack Kirby émergent, tant sur les choix éditoriaux que les conditions de rémunération. Kirby quitte donc Marvel pour rejoindre DC Comics, qui le laisse libre de créer les séries qu’il veut, à condition qu’il en reprenne au moins une déjà existante. Ce sera donc Superman’s Pal Jimmy Olsen. Il inclura cette série dans son projet le plus ambitieux, le cycle du Quatrième Monde qu’il prépare à l’époque. Ce cycle regroupe quatre séries publiées simultanément que Kirby scénarise et dessine.

Empruntant largement à la science-fiction, cette série décrivant l’affrontement à l’échelle galactique de deux mondes n’aura qu’un succès limité. Toutes les séries seront confiées à d’autres auteurs avant la fin de l’histoire. À l’arrêt de ses séries, Jack Kirby retourne chez Marvel, où il écrira encore plusieurs séries, notamment Les Éternels, dans un registre proche de l’ambiance du Quatrième Monde. Jack Kirby prend sa retraite au début des années 80 et décède paisiblement chez lui le 6 février 1994. Il sera le premier dessinateur à entrer dans le prestigieux Will Eisner Hall of Fame for Comic Artists.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants