ZOO

Festival d’Angoulême 2021: Un collectif d’auteurs appel au boycott

Le collectif AAA, « Autrices Auteurs en Action » réitère son appel au boycott du festival d’Angoulême. Ils dénoncent dans un tribune publiée ce 18 janvier 2021 « les tensions persistantes au sein de la chaîne du livre et la précarité grandissante des autrices et auteurs ».

Après s'être fait entendre lors du Festival International de la BD d'Angoulême (FIBD) 2020, le collectif AAA, « Autrices Auteurs en Action » a de nouveau rédigé une tribune appelant au boycott du Festival en 2021. Adressé à la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, et aux organisateurs du festival, leur message dénonce essentiellement le manque de moyens mis en œuvre « pour rééquilibrer la répartition des revenus au sein de la chaîne du livre ». Ils utilisent comme exemple, dans leur accusation, l’absence de rémunération des autrices et auteurs dont le travail est exposé dans plusieurs gares de France, à l’initiative du FIBD et de la SNCF.

Les auteurs du AAA se sentent les lésés du miracle économique de l’édition

Les auteurs du AAA se sentent comme les lésés du miracle économique de l’édition
© AAA

« Nous, autrices et auteurs signataires de cet appel, appliquerons le boycott total du versant public du Festival d’Angoulême, en juin prochain, si aucun acte réel et concret n’est posé d’ici là, à l’endroit de notre statut professionnel, de notre représentation et d’un juste rééquilibrage de la chaîne du livre dont l’État et votre gouvernement ne peuvent rester les simples observateurs », déclarent-ils.

Des auteurs comme Fabien Vehlmann et Gwen de Bonneval ont pris la parole dans les médias. « Quand nous avons appris notre nomination aux Prix d’Angoulême 2021, nous en avons d’abord sincèrement remercié le jury de sélection. Avant de préciser aussitôt que nous n’irions pas à la cérémonie de remise des prix. Pourquoi ? Nous avons simplement rappelé notre engagement public exprimé lors de la cérémonie 2020 », expliquent-ils sur Liverhebdo.

Un taux de pauvreté toujours plus important

Fondé il y a un an, pendant le Festival d'Angoulême 2020, ce regroupement spontané d’autrices et d’auteurs de bande dessinées souhaite contribuer à l’amélioration des conditions de participation des auteurs.trices aux événements culturels liés à la bande dessinée. Le Collectif met en avant le rapport Racine diffusé en amont du FIBD 2020. Il avait alors suscité l'espoir en 2020, suggérant des solutions et des négociations entre l'Etat, les auteurs, éditeurs, distributeurs et diffuseurs.

Le président de la République, Emmanuel Macron s'était même rendu sur place pendant les manifestations. Il avait assuré entendre la grogne relayée sur la scène du Théâtre d'Angoulême lors de la remise des Fauves 2020. Mais la crise sanitaire n’a fait que renforcer cette précarité selon le collectif. Selon un rapport des États Généraux de la Bande Dessinée en 2016, 50 % des auteurs sont sous le seuil de pauvreté.

À ce jour, la tribune a recueilli 346 signataires.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants