ZOO

DC Comics interdit les ventes d'œuvres numériques à ses artistes

DC Comics a demandé à ses artistes de s’écarter de toutes activités liées aux NFT, ces ventes d'œuvres numériques. Un ancien dessinateur de Wonder Woman a gagné 1,85 millions de dollars en vendant des NFT représentant l’héroïne amazone.

L’éditeur américain DC Comics interdit à ses artistes de vendre de l'art NFT (Non Fungible Token). Cette contrainte est émise jusqu'à ce que DC lui-même puisse suffisamment étudier et mettre en œuvre un système pour s’enrichir, eux aussi, avec cet art. Les NFT, ou jetons non-fongibles, ont pris depuis peu internet en otage et ont rendu fou le monde de l’art. Ce sont des éléments numériques qui ne peuvent pas être dupliqués.

Ce nouveau marché pourrait devenir une bénédiction pour les éditeurs de BD

Ce nouveau marché pourrait devenir une bénédiction pour les éditeurs de BD

Dernièrement, il y a eu plusieurs enchères pour les NFT. Le 11 mars 2021, le crypto-artiste américain Beepl a vendu une œuvre virtuelle à plus de 69 millions de dollars aux enchères Christie's. L'idée est que l'art numérique, les images, la musique, les fichiers et les jetons de jeu peuvent être vendus en tant qu'articles originaux ayant une valeur réelle. Mais tout le monde pourrait avoir ce fichier, car il suffit d’une capture d’écran? Non, car l’acheteur a un titre de propriété numérique numérique unique de l'œuvre, avec son propre code pour le reconnaître: un NFT. Il ne peut pas être échangé.

Un nouveau marché qui divise et questionne

José Delgo, un ancien artiste de DC et Marvel, est surtout connu pour son travail sur la série Wonder Woman dans les années 70 et au début des années 80. Aujourd’hui, il est aussi célèbre pour avoir gagné 1,85 millions de dollars en vendant des NFT de ses dessins en ligne, dont beaucoup mettaient en vedette Wonder Woman et d'autres personnages sous licence. DC Comics n'est apparemment pas satisfait de cette évolution.

Bien sûr, cette vente n’a pas du tout plu à la firme DC qui n’a pas touché un seul centime des ventes d'œuvres d'art. Ils craignent que d'autres artistes DC comics soient tentés d’essayer la même chose. Ainsi, l'éditeur, par l'intermédiaire du vice-président principal des affaires juridiques Jay Kogan, a envoyé une lettre aux équipes de création et aux pigistes employés par DC, leur faisant savoir qu'ils peuvent tirer un trait sur leurs envies de ventes de NFT. La véritable raison ne serait-elle pas l'envie de DC Comics de se glisser sur ce nouveau marché de l'art et tirer, ainsi, son épingle du jeu?

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants