ZOO

Une œuvre d’Enki Bilal est adjugée à 126 375 € !

Le mercredi 13 octobre 2021, Artcurial, célèbre maison de ventes aux enchères d’œuvres d'art et d’objets de collection, mettait à l’honneur Enki Bilal. Les amateurs de BD ont ainsi participé à une vente dédiée à l’univers du célèbre auteur de science-fiction. Une de ses œuvres s’est arrachée à 126 375 € !

« Cette vente confirme la cote sur le marché de l'art de cet artiste emblématique ». Eric Leroy, expert Artcurial, peut en effet se féliciter de la vente aux enchères de mercredi 13 octobre 2021. Le commissaire-priseur Arnaud Oliveux a adjugé des œuvres d’Enki Bilal pour un total de 1 179 078 €.

Enki Bilal est un réalisateur, dessinateur et scénariste de bande dessinée que l’on ne présente plus. En 1975, Bilal travaille en collaboration avec Pierre Christin. Puis, en 1980, il publie sa première série personnelle, La Foire aux immortels, suivie de La Femme piège en 1986. L'année suivante, l'auteur obtient le Grand Prix du 14ème Salon international de la bande dessinée d'Angoulême. Ses œuvres sont exposées à la Grande Halle de La Villette, à La Défense, au musée des Arts et Métiers et même au Louvre. Entre 1998 et 2007, il publie la tétralogie du Monstre pour laquelle il obtient le prix Töpffer.

La couverture du quatrième tome de la tétralogie du Monstre est vendue à 126 375 €

La couverture du quatrième tome de la tétralogie du Monstre est vendue à 126 375 €
© Casterman, 2021

La couverture du quatrième tome de la tétralogie du Monstre s'est envolée à 126 375 €, le plus haut montant de la vente aux enchères, ce mercredi 13 octobre. Elle n’est pas la seule œuvre à avoir eu du succès. Certaines planches ont atteint plus de 70 000 € : notamment une planche de La Femme piège, le tome 2 de la trilogie Nikopol (75 825 €) et une planche de Partie de chasse (70 770 €).


La planche de Partie de chasse et de La Femme piège vendues

La planche de Partie de chasse et de La Femme piège vendues
© Enki Bilal, 2021

Pour tous les amateurs d’Enki Bilal qui ne peuvent avoir le plaisir d’accrocher une planche de l’artiste au-dessus de leur lit, il est encore temps de lire (ou relire) les chroniques de Zoo le mag sur ses albums les plus emblématiques.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants