ZOO

BD & Femmes & Rock'n'roll

Une femme qui parle des femmes dans toute leur diversité. Une autrice née dans le fanzine et le rock et qui termine 2023 dans l’Italie du xxe siècle. Telle est Nine Antico, à qui le FIBD consacre une exposition à l’Hôtel Saint-Simon pendant toute la durée du festival.

BD & Femmes & Rock'n'roll

Une plongée dans des vies de femmes à travers le regard d’une autrice. C’est la proposition construite par les commissaires d’exposition, Marguerite Demoëte et Cathia Engelbach au sein du prestigieux hôtel particulier angoumoisin datant du xvie siècle. Un écrin qui accueille toute la richesse de l’œuvre « antiquienne ».

Au début des années 2000, l’artiste dessine la musique, notamment dans son fanzine Rock This Way. Elle fait ses armes dans les magazines de cet univers, développant ainsi une carrière professionnelle d’illustratrice. Et puis il y a un film, Ghost World de Terry Zwigoff lui fait découvrir non seulement l’œuvre de Daniel Clowes, mais toute la bande dessinée.

Une entrée par surprise, une installation durable dans le 9e art

En 2008 sort son premier album, sa première BD. Le Goût du paradis publié chez Ego Comme X. Une première plongée par l’entremise de l’autobiographie, un dessin qui déjà interpelle le regard. Mais surtout, une liberté de ton qui lui permettra tout au long de sa carrière d’explorer notamment la question du désir féminin. Un désir qu’elle associe évidemment au corps et à son traitement par les hommes, comme dans Coney Island Baby. Nine Antico, c’est un féminisme instinctif, c’est une quête de l’égalité réelle homme-femme, dans un monde qui ne cesse de cultiver l’inégalité.

Mais Nine Antico, ce n’est pas qu’une autrice pour elle. C’est aussi une scénariste. Dans Il était 2 fois Arthur, sous la forme de la biographie, ou plus récemment dans Vulva Vulgaris pour la collection BD Cul des Requins Marteaux.

BD & Femmes & Rock'n'roll

Et enfin, ce n’est pas seulement une bédéaste. C’est aussi une réalisatrice de films, dont les images se mêlent à celles du 9e Art.

Pour illustrer tout cela, ce seront près de 200 pièces qui vont donc être exposées, pour la moitié des originaux. Une occasion de découvrir l’esprit d’exploration animant cette artiste qui n’a cessé de surprendre et d’impressionner au fil de ses quinze premières années de carrière.

Article publié dans le Mag ZOO N°96 Janvier-Février 2024

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants