ZOO

Angoulême 2024 : Moto Hagio et le genre dans les mangas

Plongez dans l'univers captivant de Moto Hagio avec l'exposition "Au-delà des genres" qui a marqué le FIBD. Pour ceux qui ont raté le festival, l'expérience se prolonge jusqu'au 17 mars 2024.

Le rideau est tombé sur le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême ce dimanche dernier. Mais pour ceux qui ont manqué l'événement en Charente, l'occasion de découvrir certaines expositions perdure jusqu'au début du mois de mai. Parmi celles-ci, les curieux pourront profiter de la rétrospective « Au-delà des genres » sur la mangaka Moto Hagio jusqu’au 17 mars 2024. Vous pourrez découvrir la liberté avec laquelle travaille l’autrice révolutionnaire.

Angoulême 2024 : Moto Hagio et le genre dans les mangas

Le clan des Poe © Moto Hagio - Akata éditions

En 1969, Moto Hagio fait ses débuts dans des magazines en tant qu’autrice et rejoint la revue Shojo Comic, pour rédiger sa première histoire marquante Le pensionnat de novembre. Elle publie, à partir des années 1970 de nombreux ouvrages qui questionnent la question de genre, très peu abordé au 20e siècle. Moto Hagio est récompensée par de nombreux prix et plusieurs de ses ouvrages ont été adaptés pour différents médiums.

L’exposition Moto Hagio, au-delà des genres revient sur plus de cinquante années de carrière de la mangaka. Elle évoque le rôle de Moto Hagio dans les changements de mœurs au sein même des mangas shojo sur la question de genre. Elle présente trois parties principales avec la création d’un shojo, le recours à la science-fiction pour mettre en avant les questions de genre et la pérennité de ses œuvres dans une société qui évolue.

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants