ZOO

Un papa fier de ses filles !

Auteur(s) :
Christopher

Lieu : Salon du Livre de Paris

Depuis la réédition de sa série Les Filles, sa page Facebook fait un carton ! Christopher revient avec enthousiasme et humour sur cette renaissance mais aussi sur ses deux passions le dessin et la musique, pour notre plus grand plaisir !

Un seul mot d'ordre : la passion !

Comment êtes-vous venu à la BD ?

Christopher : C’est un serpent de mer qui est en moi depuis longtemps puisque j’ai toujours dessiné. Quand il fallait faire un exposé en français je prenais Les Tuniques bleues ou Spirou et lorsque j’étais aux arts appliqués je prenais Blake et Mortimer. Pourtant je ne comptais pas du tout en faire. Ce n’est qu’après que je me suis rendu compte que j’avais envie de raconter des histoires.

J’ai d’abord essayé d’écrire un roman mais je me suis vite aperçu que si j’étais bon dans les dialogues pour les descriptions on était loin de Flaubert ! J’ai donc décidé de raconter des histoires comme je savais le faire, en dessinant. C’est comme ça que j’ai commencé mes premières bandes dessinées il y a 20 ans.

Cette année les éditions Kennes rééditent votre série Les Filles, parlez-nous de cette renaissance.

Je connais Dimitri Kennes, le fondateur des éditions Kennes, depuis quelques années. Lorsqu’il m’a parlé de monter sa maison d’édition je lui ai proposé la série Les Filles dont le tome 6 était prêt mais n’avait pas été publié suite à des problèmes financiers.

La série en elle-même est née à Tours sur un pari avec un libraire. Pendant une exposition qui a duré un mois, j’ai proposé chaque jour une nouvelle planche inédite que j’encrais la nuit et présentais le lendemain. C’est comme ça qu’est né le premier album Pyjama Party, en 46 jours.

Comment avez-vous travaillé sur cette réédition, y a-t-il eu une réécriture ?

Oui forcément car les expressions ne sont plus les mêmes. Il y a aussi eu une partie assez rigolote de remise à jour puisque la série a commencé en 1999 et qu’on ne dit plus « tu m’envoies un fax » ou « arrête d’écouter ton walkman ». J’ai changé très peu de choses, seuls les dialogues ont été touchés et les couleurs refaites.

Finalement les préoccupations des jeunes filles sont toujours les mêmes, c’est à dire les garçons ! C’est assez curieux d’ailleurs car ça n’a pas vraiment changé, mes filles lisent aujourd’hui la série alors qu’elles n’étaient pas nées à l’époque et ça leur parle !

Vous êtes également éditeur aux éditions Kennes, quel est votre rôle au sein de cette maison d’édition ?

Je vais surtout ramener des projets, montrer à Dimitri ce que je trouve intéressant. Jusqu’à présent j’ai eu quelques projets que j’ai essayé de défendre mais qui, hélas, n’ont pas tous pu voir le jour. Si j’entends parler d’un projet je vais voir l’auteur, l’aide à monter son projet et le rendre viable en retravaillant parfois le découpage ou le scénario. J’aime ce côté d’accompagnement même si pour l’instant on est surtout à la recherche de projets aussi bien en littérature qu’en BD.

Quand Dimitri m’a proposé de le rejoindre j’avais envie de faire partie de cette aventure parce que je le connais et que je l’apprécie énormément. Mon but n’est pas d’être juste auteur d’un album dans un catalogue c’est surtout que tout le monde travaille ensemble et croit en l’aventure.

Vous avez également créé et participé à plusieurs ateliers, dont le dernier, l’atelier Bayadère avec votre compagne Sandrine Godin. Comment expliquez-vous cette envie de travailler accompagné ?

J’ai commencé à Paris dans l’atelier des Vosges avec Sfar, Blain et toute la clique. C’était assez agréable d’être dans une forme d’émulation quand on voyait le travail des autres. J’étais bien avec d’autres collègues mais désormais j’ai envie d’être seul. Cette émulation je la retrouve dans le travail avec ma femme qui fait quelque chose de complètement différent puisqu’elle est styliste. On a un regard opposé sur la façon de faire qui me plaît bien. Je ne suis pas complètement seul mais j’aime de plus en plus tous mes grands moments de silence.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants