ZOO

En errance, petit tour d’horizon horrifique

Auteur(s) :
Ayros

Passionnée de BD et de musique, Ayros est la créatrice d’En Errance, notre élule du mois. La jeune créatrice nous a raconté comment est né son monde peuplé de monstres, dont le premier album est toujours en financement sur Ulule.

En Errance, notre élule de février

Errance entre récit initiatique et scénario d’horreur

Comment le monde d’En Errance a-t-il pris forme ?

Ayros : Difficile de dire quand cette histoire est née exactement. Il y a un peu plus de 9 ans, un an après le décès de mon grand frère, je m'imaginais que les âmes des morts restaient bloquées dans un monde parallèle au nôtre, à cause des larmes de leurs proches restés en vie. J'ai alors commencé à dessiner ces « âmes » puis j'en ai discuté avec Mikeulponk autour d'un plat de pâtes et c'est là qu'on a commencé à imaginer ensemble l'univers d'En Errance.

On a donc écrit ensemble le scénario qui s'est aujourd'hui beaucoup éloigné de l'idée de départ. Au tout début, on l'avait nommé Forbidden tunnel... C'était une mauvaise blague en rapport avec le tunnel boueux qu'aura à traverser Loo un peu plus tard dans l'histoire...

J'avais réalisé un premier dossier éditorial que j'ai présenté aux éditeurs. Après plusieurs refus, j'ai un peu perdu confiance en moi. Je commençais à bosser en tant que graphiste et lettreuse chez les éditions IMHO et Ca et là, durant 2 ans environ sans trop dessiner (sauf à la fin où je dessinais des princesses et des poneys pour un magazine.. mais passons !) Je sais plus précisément ce qui m'a remotivée à reprendre le projet, il y a 4 ans. La survie de mon âme peut être ? [Rires] En tout cas, depuis que je suis installée en Bretagne, j'ai pu reprendre confiance en moi, me décider à finir cette histoire une bonne fois pour toute et me lancer dans ce financement.

De quoi sont nés les deux personnages principaux : Sia et Loo ?

Loo, c'était un peu mon alter ego. Au début, on avait la même coupe de cheveux ! Et Sia... c'est un peu mon âme d'enfant... Il a le même prénom que mon grand-père paternel disparu au Cambodge alors que ma famille fuyait l'arrivée des Khmers rouges. Je ne l'ai donc jamais connu. C'est aussi le deuxième prénom de mon petit frère Raphaël...

Quels sont les monstres qu’on croisera dans le premier tome d’En Errance ?

Loo croisera des zombies, beaucoup de zombies. Parce que j'affectionne particulièrement cette mythologie : j'aime à penser qu'on peut dire pas mal de choses sur notre société grâce à ces morts-vivants.

J'ai aussi inventé toute une hiérarchie de monstres avec Mikeulponk. Il y a les Traqueurs qui chassent les enfants pour les mettre dans le moule ; les Gangrenants qui cherchent à les corrompre ; le « Patriarbre », maître d'un harem de Dryades, qui lui veut toujours plus de femmes dans ses enclos... Il y a aussi de gentils monstres. La Brute en fait partie, ainsi que la « culpabilité », figure féminine de référence pour Loo. Mais gardons un peu de mystère !

Mes inspirations piochent essentiellement dans le cinéma fantastique dont celui de Guillermo del Toro, Jean-Pierre Jeunet, Georges Romero. Mais aussi dans les contes traditionnels ou non : Le petit chaperon rouge, Alice au pays des merveilles, L'histoire sans fin... et les jeux vidéo d'horreur, notamment Silent Hill et Forbidden Siren.

Une cascade d’idées pour un univers cohérent

Pourquoi avoir choisi l’aquarelle pour les mettre en scène ?

Je voulais une technique traditionnelle et l'aquarelle était la plus simple pour moi. Je n'aime vraiment pas les couleurs informatiques car je n'y trouve pas mon compte sur les sensations de dessin et le rendu me paraît encore loin d'être à la hauteur des techniques traditionnelles.

Vous imaginez une série autour de Loo en combien de tomes ?

En Errance est conçue comme une histoire complète en 3 étapes : la découverte du monde adulte, la confrontation avec ce monde et enfin l'affirmation de soi.

Vous faites aussi de la musique : comment vos compositions ont-elles nourries En errance ?

C'est l'inverse en réalité : En Errance a nourri mes compositions. J'ai composé 3 chansons directement en lien avec l'univers, disponibles en ligne, et j'aimerais à terme créer la BO entière de l'histoire. D’ici les prochains tomes ou l’intégrale...

Vous avez beaucoup de projets avec les Siffleurs : pourriez-vous brièvement expliquer ce qu’est ce collectif ?

J'ai rencontré les Siffleurs au Festival d'Angoulême de 2017. Ils avaient comme projet de créer un livre collectif, Spectre 2, sur le thème des archétypes féminins dans le fantastique et la fantasy. Je me suis lancée dans l'aventure avec Judith Margolinas comme co-scénariste. On a écrit l'histoire des Dryades qui peuplent l'univers d'En Errance. Dans ce « spin-off », j'ai voulu montrer plusieurs facettes de la lutte féministe. La fin d'une époque et la possibilité d'en construire une autre...

Pourquoi avoir choisi le financement participatif ?

J'ai choisi le financement participatif car je suis un peu fâchée avec le monde de l'édition. Pas que j'en veuille aux personnes qui travaillent dans ce milieu, c'est surtout le système d'édition qui me rebute. Lâcher gratuitement les droits d'exploitation de mon œuvre pour ensuite ne récupérer qu'un misérable euro par livre vendu, si j'arrive à rembourser les avances sur droits (qui représentent moins qu'un smic horaire)... je ne trouvais pas ça très très juste. Aussi, j'estime que le lecteur est bien plus légitime que l'éditeur ou les études de marché, à décider de ce qui sera édité ou non. D'où le financement participatif !

Avez-vous d’autres projets en tête ?

Il y a pas mal d'autre histoires que j'ai envie d'écrire. Celle de mon père qui a fui le Cambodge un peu avant les Khmers rouge, pour une toute autre raison… Mais aussi une histoire d'horreur à la croisée de David Lynch et David Cronenberg sur la thématique de l'inceste qui me trotte dans la tête depuis encore plus longtemps qu'En Errance ! J'ai aussi envie de faire un recueil de rêves et cauchemars. Tout ça en BD évidemment ! Et j'imagine que j'aurais milles autres idées qui me viendront bientôt.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants

Commentaires (1)

Superbe graphisme. Le premier palier vient d'être franchi. Great !

Posté le 22/02/2018 à 13h25