ZOO

Patient parcours

Nicolas Keramidas est l’un des premiers enfants français à avoir été opéré du cœur. Il dévoile avec maestria dans cet album un récit autobiographique poignant illuminé par une réjouissante autodérision. L’empressement gagne au fil des pages. Passionnant.

À cause d’une trace mystérieuse sur le torse, l’enfant répondait aux questions, invoquant fièrement une bille avalée devant les copains de la cour de récréation ou, plus tard et avec un certain succès auprès des filles, la morsure d’un requin. « Je suis en fait l’un des premiers enfants à avoir été opéré à cœur ouvert en France. J’avais un an et c’était en 1973 ».

Nicolas Keramidas a subi deux opérations à cœur ouvert

Nicolas Keramidas a subi deux opérations à cœur ouvert
© Dupuis

Une situation personnelle exceptionnelle dont nous aurions pu ne rien savoir si le destin n’avait pas joué un tour à Nicolas : « Malgré diverses contraintes, médicales notamment, j’ai eu une vie à peu près normale jusqu’à ce dimanche de janvier 2016. Je faisais du foot en salle et je me mets à faire de la tachycardie. J’en ai toujours fait. Mais là... Mince, c’est très violent! Le soir même, j’envoie un mail à mon médecin généraliste et un autre à mon cardiologue. Dès ce moment, ils savent que je vais devoir être opéré de nouveau. Mais moi, je ne l’ai compris que progressivement ».

Triant les anecdotes, Nicolas Keramidas forme le projet d’un album et devient scénariste pour la première fois, en mettant pleinement à profit son enthousiasme jubilatoire naturel. Le regard du lecteur peut d’ailleurs le percevoir dans ce graphisme débordant d’énergie avec ses effets de relief tissés de mille hachures, « sur 200 pages! » comme aime le préciser l’auteur.

À cœur ouvert est le premier projet solo de Nicolas Keramidas

À cœur ouvert est le premier projet solo de Nicolas Keramidas
© Dupuis


Cœur en révision et nouvel espoir

Hospitalisé, Keramidas décrit méticuleusement les épreuves affrontées au quotidien, la solitude entrecoupée de visites familiales, l’effort constant déployé pour effectuer le trajet de la chambre à un autre lieu. « J’ai régulièrement pris des notes de ce que je vivais, de mes angoisses. Mon épouse faisait de même sur un journal de bord. Je voulais prendre des notes, car on oublie vite. Dans les 2 ou 3 mois qui ont suivi, j’ai ressenti le besoin vital de faire ce livre. Après, le besoin n’est plus aussi pressant. Au final, c’est un livre “médical” pas banal, pas larmoyant du tout. Pour moi, c’est une aventure à raconter ».

Drôle et pédagogique, l’auteur vulgarise les actes médicaux par son dessin tout en rondeurs et coloré. Profondément humain, ce récit intime capte notre attention avec malice.


Article publié dans le Mag n°79 - Janvier - Février 2021

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants