ZOO

Algérie, une guerre française - T1 : Derniers beaux jours

couverture de l'album Derniers beaux jours

Série : Algérie, une guerre françaiseTome : 1/1Éditeur : Glénat BD

Scénario : Philippe RichelleDessin : Alfio Buscaglia

Genres : Historique

Public : À partir de 16 ans

Prix : 15.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO Le Mag

Note ZOO Le Mag 4.0

Scénario

5.0

Dessin

3.0

Le 8 mai 1945, alors que l’Allemagne vient de capituler, une manifestation de nationalistes algériens dégénère, entraînant la mort d’une centaine d’Européens. La réplique militaire française ne tarde pas et près de 30 000 Algériens ont été tués à cette occasion. Le massacre de Sétif est aux yeux de maints historiens le point de départ qui conduira le pays à son indépendance en 1962. Passionné par l’Histoire du XXe siècle, Philippe Richelle entend couvrir cette période sur cinq tomes en suivant le parcours d’individus ordinaires des deux camps, broyés par les événements de la grande Histoire.

Hors de question pour lui de chroniquer toutes ces années à la manière des Histoires de l’oncle Paul en se contentant d’aligner les faits marquants. Ce qui l’intéresse, c’est de suivre le cheminement de ses personnages de fiction dans leurs relations et montrer comment ils vont réagir face à la dégradation des rapports intercommunautaires. En cela, il rejoint l’esprit qui animait Ferrandez dans ses Carnets d’Orient dans lesquels il contait par le menu toute l’histoire de la colonisation en Algérie en s’appuyant sur l’histoire vécue par ses propres aïeux.

Avec la même puissance que celle qu’il utilise pour raconter la montée du nazisme et le déroulement de la Seconde Guerre mondiale vue du côté allemand (Amours fragiles), Philippe Richelle s’impose une nouvelle fois parmi les meilleurs scénaristes actuels.

Il retrouve pour cette série Alfio Buscaglia son partenaire graphique des Mystères de la 4ème République avec un dessin, certes honorable, mais qui n’atteint jamais la puissance évocatrice de la saga contée par Ferrandez, notamment son sens de la lumière dans l’usage de la couleur.

Notons que cette page d’Histoire, encore si sensible entre les deux rives de la Méditerranée, est abordée par un scénariste belge et un dessinateur italien !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (1)

Profitons de cette chronique pour lancer un appel ! En effet, prévue sur un ensemble de dix tomes, la série Amours fragiles dont chaque nouvel épisode voyait le jour depuis le deuxième épisode tous les deux ans, est restée en carafe depuis plus de trois ans maintenant. Avec un large accueil critique enthousiaste saluant chaque nouvel album il est difficile de croire que les auteurs, Jean-Michel Beuriot et Philippe Richelle, aient pu jeter le gant. Et pourtant, on a beau scruter l'horizon éditorial de la maison Casterman, rien n'est annoncé pour les tous prochains mois. Il serait dommage de laisser tant de lecteurs sur le pavé, tant Amours fragiles est devenue une série de référence incontournable. Rappelons qu'elle a failli disparaître après le premier tome, puis reprise par un autre dessinateur, Jean-Denis Bodart, avant que Jean-Michel Beuriot finisse par se remettre au dessin. Pappelons aussi qu'une première ébauche sur la même période historique, Rebelles, parue aux éditions Glénat en 1993, n'avait pas été menée à son terme au-delà de la publication du tome 1.

Posté le 14/03/2019 à 14h06