ZOO

La Banque - T1 : 1815-1848 - L'Initié de Waterloo (Avril 2014)

couverture de l'album 1815-1848 - L'Initié de Waterloo

Série : La BanqueTome : 1/6Éditeur : Dargaud

Scénario : Pierre Boisserie, Philippe GuillaumeDessin : Julien Maffre

Genres : Historique

Public : Tout public

Prix : 13.99€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Charlotte et Christian de Saint-Hubert, immigrés français ruinés par la Révolution, tentent de survivre à Londres. Elle dans une maison de bonne famille et lui comme larbin des Rothschild. Ils apprennent, au détour d’une conversation, le pari de Nathan Rothschild autour de Waterloo. Ils décident de s’enrichir aussi mais il leur faut une mise de départ… Bienvenue dans les arcanes troubles de la fortune des Rothschild, joliment mises en BD.

Ce premier tome nous promet une grande saga familiale à l’instar des Maîtres de l’Orge. A la place du cercle de la brasserie, nous nous retrouvons dans le milieu bancaire, au cœur d’une arnaque boursière d’envergure. Le tout en misant sur l’issue de la grande bataille de Waterloo. Dans le sillage de deux aristocrates désargentés et de la famille Rothschild, nous découvrons le monde boursier du début du XIXe siècle. Le XXIe siècle n’a rien inventé : déjà l’appât du gain menait les Hommes par le bout du nez !

Tout au long d’un récit rythmé, nous découvrons un monde où tout est monnayable. Un monde où les fortunes se font et se défont comme un rien, parfois par vengeance ou par amour. Avec ces boursicoteurs, nous sommes assis à une table de poker où les sommes sont colossales et des vies en jeu. Qu’importe les pertes, tant que la richesse arrive, tout est permis. Les personnages sont d’un cynisme et d’une haine sans nom, peut-être trop marqués. Il faut cependant souligner le respect des faits historiques, qui sont détaillés dans un cahier explicatif.

Le graphisme accompagne parfaitement cette volonté de coller au réel. Le trait semi-réaliste porte une attention particulière aux décors et aux expressions des protagonistes. Le travail sur les postures et les regards permet de ne jamais laisser le moindre doute quant aux pensées des personnages.

Ce premier tome marquant donne le ton d’une nouvelle saga familiale addictive.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (1)

note de la critique de L'historien

Beaucoup de violence sociale dans cette histoire, car les nobles français ruinés par la Révolution française, puis par le baron de Rothschild, sont déterminés à retrouver leur fortune d'antan.Un bon premier tome, basé sur des manipulations croisées.

Posté le 30/07/2014 à 12h19